MRE : 23% des jeunes sentent une discrimination au marché de l’emploi

Quelque 23% des jeunes Marocains résidant à l’étranger (MRE) sentent une discrimination à accéder au marché de l’emploi et 36% ont des difficultés à poursuivre leurs études, selon les résultats d’une étude élaborée par le Ministère chargé des MRE et des affaires de la migration au cours de l’année 2016 sur les besoins et les attentes des jeunes MRE.

Selon cette étude qui a concerné un panel représentatif de 2146 jeunes MRE âgés entre 15 et 30 ans, et résidant dans six pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie et Pays Bas), 63% de ces MRE ont un niveau moyen supérieur au baccalauréat, et 80% déclarent être soit en formation (élèves et étudiants), ou occupés (salariés ou libéraux).

Environ 75% de jeunes vivent dans le foyer familial, et déclarent avoir besoin d’accéder à leur propre logement, ajoute l’étude qui précise que les jeunes MRE expriment un fort attachement à leur mère patrie, et ce par la maitrise des langues nationales, la fréquence des visites, et l’investissement au Maroc, ainsi que le retour définitif à leur pays.

En effet, relèvent les résultats de l’étude, 68,8% de ces jeunes maitrisent les langues nationales, trois quarts d’entre eux visitent le Maroc au moins une fois par an, dont 75% de ces visites dépassent un séjour de 16 jours.

En termes de retour, 62% de ces jeunes envisagent de retourner au Maroc pour l’investissement, 48% pour y occuper un poste et 50% pour y passer leur retraite, et 85% préfèrent que leur conjoint soit marocain.

Sur le plan de citoyenneté dans les pays d’accueil, l’enquête a révélé que 75% des jeunes enquêtés se sentent appartenir à leur pays d’accueil, et 57% s’identifient porteurs des deux cultures à la fois. Cependant, seulement moins de 10% des sondés appartiennent à un parti politique ou à une association et 38% participent aux élections.