Mines : la tutelle assainit le patrimoine national

Déjà 1 404 permis dont 23 d’exploitation ont été annulés.

Après l’élaboration d’un nouveau Code minier et d’une nouvelle loi de la région minière Tafilalet-Figuig, c’est au tour du patrimoine minier national d’être assaini. Ces projets du département des énergies et des mines s’inscrivent dans le sillage de la stratégie de développement du secteur minier à l’horizon 2025, en l’occurrence dans le volet de la modernisation du cadre législatif et réglementaire. «L’analyse de la situation du patrimoine minier national composé de 7023 titres a permis de constater que dans environ 80% des permis de recherche, les travaux ne sont pas menés d’une manière optimale. Cette situation influence négativement le développement du secteur minier national», soutient une source autorisée du ministère des énergies et des mines. A cet effet, un programme d’assainissement du patrimoine minier national a été lancé avec comme objectif professionnaliser le secteur, libérer les permis non actifs et par conséquent rendre les zones couvertes par ces permis libres à la recherche, lutter contre la spéculation et attirer de nouveaux investissements. «La mise à jour de la situation actuelle du patrimoine minier à travers un traitement ciblé des permis irréguliers a relevé une première liste de 1 404 permis dont 23 permis d’exploitation. Ces permis ont été annulés et leur liste a été envoyée au SGG pour sa publication au Bulletin officiel dans l’objectif de les réattribuer à de nouveaux investisseurs conformément à la réglementation régissant l’activité minière», poursuit notre source. Il y a lieu de signaler qu’en 2016, la production minière nationale a totalisé 28,92 millions de tonnes largement prédominée par les phosphates qui constituent plus de 90%. Durant la même année, les investissements miniers ont atteint 32 milliards de DH. Les exportations réalisées au titre de l’exercice 2016 ont atteint 44,6 milliards de DH (soit 92% des ventes totales).