Matériaux de construction : le contrat de performance signé

Les industries des matériaux de construction se structurent en écosystème et se dotent d’un contrat de performance. Cinq filières sont concernées, notamment le préfabriqué, la céramique, le marbre, l’acier et le ciment.

Le contrat vient d’être signé, d’une part, par le ministère de l’industrie, du commerce de l’investissement et de l’économie numérique et le ministère de l’économie et des finances, et, d’autre part, par les présidents des associations professionnelles des cinq filières concernées. Selon Moulay Hafid Elalamy, ce contrat de performance vise d’ici 2020 à générer 10 milliards de DH de chiffre d’affaires sectoriel additionnel, apporter un investissement de près de 3 milliards et autant de valeur ajoutée supplémentaire, et créer 28 000 emplois industriels pérennes. Le contrat ambitionne également de réaliser un impact positif de 4,8 milliards se DH sur la balance commerciale dont 3,5 provenant de l’exportation et 1,3 émanant de la substitution d’importations.

Pour atteindre ces objectifs, l’accompagnement prévu par l’Etat comprend un arsenal de mesures qui ont été décidées selon les besoins exprimés par les professionnels. Y figurent l’accès au foncier à des prix attractifs avec la mise à disposition pour la filière de 210 hectares de foncier locatif, la mise en place d’un plan de formation couvrant 100% des besoins des écosystèmes et la mise en place d’une démarche gouvernementale conjointe pour la gestion des carrières de marbre.

L’aspect normatif, très important au regard des professionnels, a été également pris en compte. Le contrat de performance prévoit le renforcement des normes, la mise en place d’un système de contrôle efficient ainsi que le contrôle systématique des normes dans le cadre des marchés publics.