Marrakech : l’immobilier toujours en crise

Les données de l’Agence nationale de la conservation foncière et de Bank Al-Maghrib montrent en effet que les prix de l’immobilier continuent de baisser dans la ville ocre, avec un recul de 2.9% à  fin mars 2012 par rapport à  la même période en 2011.

Si le marché de l’immobilier se porte mieux dans plusieurs villes du Royaume, que ce soit en termes d’évolution des prix ou du volume des ventes, à Marrakech, la crise persiste. Les données de l’Agence nationale de la conservation foncière et de Bank Al-Maghrib montrent en effet que les prix de l’immobilier continuent de baisser dans la ville ocre, avec un recul de 2,9% à fin mars 2012 par rapport à la même période en 2011. Tous les segments du résidentiel sont touchés :  -3,5% pour les appartements,  -6,9% pour les maisons marocaines et  -3,4% pour les villas. Quant au volume des ventes, Marrakech ne pèse plus que 14,2% des transactions nationales contre 17,1% durant le premier trimestre 2011.