Maroc : Légère décélération de la croissance économique au premier trimestre 2014

La croissance économique nationale aurait légèrement décéléré au premier trimestre 2014, se situant aux environs de 2,5%, en glissement annuel, au lieu de 4,5% un trimestre auparavant, indique le Haut-commissariat au plan (HCP).

« Cette décélération incomberait à une contribution négative du secteur primaire à la croissance globale, après une campagne agricole exceptionnelle en 2013 », explique le HCP dans un point de conjoncture parvenu mardi à la MAP.

S’agissant de la demande extérieure adressée au Maroc, le HCP fait état d’une « orientation plus favorable », dans un contexte international marqué par une amélioration de la conjoncture économique des pays avancés et du commerce mondial.

Les exportations de biens auraient été inscrites en hausse estimée à 5,7 pc, tandis que les importations auraient affiché une augmentation estimée à 6,7 pc, en glissement annuel, sous-tendue par les achats des biens alimentaires et de consommation, précise le HCP.

Cette situation se serait traduite par une baisse du taux de couverture estimée à 0,5 point, pour se situer à 49,1 pc, et une aggravation du déficit commercial de 7,6 pc, en glissement annuel.

De son côté, la demande intérieure, en dépit du léger ralentissement enregistré au cours du même trimestre aurait continué, selon la même source, de soutenir la croissance économique nationale.

Après avoir réalisé une hausse de 4,9 pc un trimestre auparavant, la consommation des ménages aurait progressé de 3,8 pc en glissement annuel, dans un contexte d’une hausse de 2 pc des crédits à la consommation et d’une modération des prix à la consommation, qui serait passée de 2,4 pc une année plus tôt à +0,5 pc au premier trimestre 2014.

Par ailleurs, le Haut-commissariat au Plan estime que l’économie nationale devrait croitre, au cours du deuxième trimestre, à un rythme toujours modéré, en ligne avec le retrait des activités agricoles.

La croissance économique nationale a accéléré au quatrième trimestre 2013, se situant à près de 4,8 pc, en glissement annuel, contre 2,3 pc durant la même période une année auparavant.