Maroc/Israël : Toutes les conditions sont réunies pour un partenariat «solide et pérenne»

• Au-delà du bilatéral, la coopération économique maroco-israélienne peut donc s’inscrire dans une approche multilatérale, afin de pénétrer ensemble de nouveaux marchés où chacun de nos pays est présent et compétitif.

Toutes les conditions sont réunies pour hisser les relations économiques et commerciales entre le Maroc et Israël au rang d’un partenariat «solide», «pérenne» et «porteur de croissance partagée», a affirmé récemment le président du Conseil d’affaires Maroc-Israël, Steve O’Hana.

«Considérant nos relations fraternelles, notre proximité culturelle, les complémentarités et les similitudes entre nos deux économies, ainsi que la transformation que celles-ci ont connue durant ces dernières années, il existe de nombreuses opportunités à saisir», a-t-il souligné lors d’un webinaire dédié à la présentation des opportunités commerciales et d’investissement qui s’offrent aux entreprises marocaines en Israël.

Et d’ajouter : «Grâce au leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc dispose aujourd’hui d’un climat des affaires et d’atouts dont l’attractivité est reconnue à l’échelon mondial».

A cet égard, il a cité la stabilité politique et macroéconomique du Maroc, son capital humain qualifié, ses infrastructures de classe internationale, sa position géographique en tant que porte vers l’Europe et hub pour l’Afrique, ses 54 accords de libre-échange ou encore la résilience et l’innovation de son secteur privé, prouvées pendant toute cette période de pandémie.

«Au-delà du bilatéral, la coopération économique maroco-israélienne peut donc s’inscrire dans une approche multilatérale, afin de pénétrer ensemble de nouveaux marchés où chacun de nos pays est présent et compétitif», a-t-il soutenu, précisant à cet égard que cette collaboration peut s’élargir à plusieurs secteurs d’intérêt commun identifiés tels que l’agriculture, les énergies renouvelables, l’eau, l’industrie, le tourisme, l’éducation, les nouvelles technologies, l’innovation et la cybersécurité.

Ainsi, pour concrétiser ces ambitions, la CGEM et la Israeli Employers Business Organization (IEBO) ont procédé, en mars dernier, à la signature d’un accord de partenariat stratégique, marquant la création du Conseil d’affaires Maroc-Israël, a rappelé M. O’Hana.

Ce conseil d’affaires, d’après la même source, se veut certes une plateforme de rapprochement entre les entreprises marocaines et israéliennes, mais surtout et avant tout un accompagnement et un soutien concret pour la réussite des projets d’investissement et des joint-ventures. Pour ce qui est des échanges commerciaux, le Conseil d’affaires travaille, de manière assidue, avec la Federation of Israeli Chambers of Commerce (FICC), pour la mise en relation des exportateurs et importateurs des deux pays, en fonction de leurs intérêts conjoints, a-t-il ajouté, annonçant le lancement avant la fin de l’année d’un outil électronique, qui permettra de faciliter davantage l’accès à l’information et de favoriser l’échange entre les deux communautés des affaires.