Maroc-Israël : La coopération économique en mode accéléré

Alors qu’à Tel-Aviv se réunissait le premier Forum économique entre les deux pays, au Maroc, à Aït Melloul, se tenait un symposium durant lequel les deux parties échangeaient leurs expériences en matière agricole.

Lors de sa dernière réunion, jeudi 17 mars, le conseil de gouvernement a pris connaissance d’un projet de loi relatif à la mise en œuvre de l’accord économique et commercial signé avec Israël le 21 février dernier. Ce projet de loi 18.22, une fois adopté par le Parlement, constituera le cadre légal de cette coopération entre les deux pays. L’accord en question, rappelons-le, porte, entre autres, sur la création de « Zones Industrielles Qualifiées » au Maroc. Lesquelles zones permettront de concrétiser la coopération tripartite Maroc-Israël-Etats-Unis dans le domaine du commerce et de l’investissement et de faciliter l’accès direct des marchandises produites dans ces Zones au marché américain. Quelques jours avant la tenue de ce conseil de gouvernement, les patronats marocain et israélien ont entamé la mise en place des canaux de coopération entre les secteurs privés des deux pays. C’était en marge du premier Forum économique Israël-Maroc organisé, en Israël, par la CGEM et la Israeli Business and Employers Association (IEBO). Le Forum économique Israël-Maroc a connu la participation de 80 entreprises marocaines et plus de 300 entreprises israéliennes opérant dans différents secteurs comme l’agriculture, l’industrie, la santé, l’éducation, les énergies renouvelables et l’eau. En cette occasion, les deux parties ont procédé à la signature, à Tel Aviv, d’un accord de partenariat stratégique. En vertu de cet accord, conclu par Chakib Alj, président de la CGEM, Ron Tomer, président de IEBO et de Manufactures Association of Israël et Uriel Lynn, président de la Fédération des Chambres de commerce d’Israël (Federation of Israeli Chambers of Commerce – FICC), les parties prenantes vont poursuivre un dialogue ouvert entre la CGEM et IEBO pour explorer des sujets importants concernant les relations entre le Maroc et Israël, et contribuer à l’expansion réciproque du commerce, de l’investissement et du développement de la technologie.

Les deux parties s’engagent aussi à établir un canal de communication à travers un conseil d’entreprise bilatéral afin de promouvoir la coopération entre les deux organisations et développer les échanges d’informations et d’expériences sur les questions d’intérêt commun des membres respectifs pour la promotion du développement des entreprises des deux pays. Cela se fera notamment à travers l’établissement d’une consultation et coopération effectives et systématiques entre les parties, particulièrement sur le commerce et les politiques de développement de l’investissement.

Il s’agit aussi d’échanger les informations sur les sujets économiques, la législation, les données sectorielles et touristiques, notamment le commerce extérieur, le système des douanes et de devises et de servir en tant que points de convergence locaux des demandes des membres des deux parties.

En outre, la CGEM et IEBO s’engagent à tenir des réunions régulières pour faciliter l’échange des points de vue afin de réviser les prévisions et l’application de cet accord, à encourager l’échange des missions de commerce, les événements B2B et les missions de commerce, apporter aux missions d’affaires de délégations en visite de l’autre partie le support avec une préparation raisonnable, ainsi qu’à encourager la création d’entreprises marocaines en Israël et les entreprises israéliennes au Maroc, opérant dans les secteurs prioritaires, qui seront définis conjointement.

Par ailleurs, les parties concernées vont améliorer l’échange d’informations commerciales sur les activités d’import et d’export, sur la recherche et développement, sur l’innovation et les possibilités de coopération technologique entre les deux pays, à travers la publication de documents concernant le développement économique, les opportunités et les politiques de commerce extérieur et de l’investissement, la taxation et les changements législatifs des deux pays, en plus d’inciter une étude économique conjointe sur les opportunités potentielles de commerce entre les deux pays et fournir des listes d’importateurs/exportateurs de tous les secteurs selon la demande

RAM et El Al Israel Airlines signent un accord de partage de codes

Royal Air Maroc (RAM) et El Al Israel Airlines ont signé, lundi à Tel Aviv, un accord de partage de codes (Code Share). Cette cérémonie, organisée en marge du vol inaugural de Royal Air Maroc entre Casablanca et Tel Aviv, a été présidée par Hamid Addou, Président Directeur Général de la compagnie marocaine et Avigal Soreo, CEO de la compagnie Israélienne.

Le partage de codes, effectif dès aujourd’hui, inclura, dans une première phase, les vols directs entre le Maroc et Israël opérés par les deux compagnies entre le Maroc et Israël.

En effet, EL AL programme des vols réguliers reliant Tel Aviv et Marrakech à raison de trois rotations par semaine. Quant à Royal Air Maroc, elle vient d’inaugurer sa nouvelle route aérienne directe reliant Casablanca à Tel Aviv à raison de quatre fréquences dans un premier temps, pour passer rapidement à cinq vols par semaine.

Cet accord permettra d’offrir aux clients des deux compagnies plus d’options en termes d’horaires et de combinabilité entre Marrakech, Casablanca et Tel Aviv et reliera les réseaux des deux compagnies avec des connexions plus fluides grâce à la possibilité d’enregistrement des passagers et bagages de bout en bout.

Echange d’expertises dans le domaine agricole

Les travaux du premier Symposium Maroc-Israël sur l’agriculture et la pisciculture se sont ouverts mercredi, à Aït Melloul, près d’Agadir, à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie Maroc-Israël (CCIMI). Organisée à l’Institut Agrovétérinaire (IAV) Hassan II, cette rencontre de deux jours vise à faciliter l’échange d’informations et de connaissances entre les professionnels des deux pays. Les participants à ce symposium ont fait état de l’évolution du secteur des fruits et légumes et de la pisciculture et abordent en priorité la problématique liée à l’eau et à l’utilisation des nouvelles technologies pour l’optimisation de l’irrigation, enjeu vital pour le secteur. Ce conclave se veut une occasion pour renforcer l’échange des expertises entre les acteurs marocains et leurs homologues israéliens dans le domaine agricole.

Il s’agit, précise-t-on, d’une rencontre scientifique dédiée au partage des dernières rénovations et technologies liées à la recherche agricole, secteur en plein essor à Israël. Ce symposium a également examiné les défis relatifs à la gestion des ressources en eau. Lors de cet événement, les producteurs de la région de Souss-Massa, d’où proviennent 85% des exportations agricoles du Royaume, ont pu se familiariser avec les nouvelles orientations du secteur, explorer des partenariats potentiels en recherche et développement, entre universités et producteurs, et identifier des opportunités communes avec les start-up de l’Agro Tech et les investisseurs potentiels d’Israël. L’organisation de ce symposium s’inscrit dans la nouvelle lignée de reprises des relations entre le Maroc et Israël, ainsi que dans la stratégie de relance de l’activité économique au Maroc post-Covid. Cette rencontre a connu la participation de plus de 250 entrepreneurs, officiels et représentants de compagnies du secteur, start-up, laboratoires et instituts de recherche provenant du Maroc et d’Israël.