Maroc : Croissance de 3.5% des activités hors agriculture au premier trimestre 2014.

Les activités hors agriculture auraient progressé, au premier trimestre 2014, de 3,5%, en glissement annuel, contre 2,2% un trimestre auparavant, profitant d’une amélioration de la demande extérieure adressée au secteur secondaire, indique mardi le Haut-Commissariat au plan (HCP).

Les industries de transformation se seraient redressées de 2,6 pc, au premier trimestre 2014, après une hausse de 2,7 pc un trimestre auparavant, précise le HCP dans sa note de conjoncture pour le mois d’avril 2014.

Pour l’ensemble de l’année 2013, la croissance du secteur était restée en dessous de sa moyenne de long terme, se situant aux environs de 1,3 pc, après 1,4 pc en 2012 et plus de 3 pc en moyenne réalisée avant la crise internationale de 2008.

A l’exception du textile et du cuir qui aurait continué de pâtir de la baisse de la demande extérieure, la plupart des autres branches auraient affiché des évolutions positives, au premier trimestre 2014.

Portée par une demande extérieure dynamique, notamment pour l’automobile et l’électronique, la valeur ajoutée des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (IMME) aurait progressé de 4,8 pc, en glissement annuel.

Celle de la « chimie et parachimie » auraient crû de 4,6 pc, tirée par une consolidation de la demande des industries locales. Les autres branches, quant à elles, auraient réalisé des performances, relativement, modestes, explique la note.

Les activités de construction auraient poursuivi, au premier trimestre 2014, leur affermissement enclenché en fin 2013. Le secteur semble de nouveau renouer avec la croissance positive, après cinq trimestres marqués par une conjoncture morose et un repli significatif de l’activité.

La valeur ajoutée du secteur aurait progressé de 3,9 pc, au premier trimestre 2014, après 3,2 pc au quatrième trimestre 2013 et une baisse de 3,6 pc en moyenne au cours des trois premiers trimestres 2013.

Toutefois, l’activité du secteur se serait maintenue en dessous de son niveau tendanciel de moyen terme. En effet, les pronostics des professionnels du secteur, dans le cadre de la dernière enquête de conjoncture du HCP, augurent une légère hausse de l’activité de la construction et une baisse de celle des travaux publics, pour la même période.

La valeur ajoutée minière se serait légèrement améliorée au premier trimestre 2014, affichant une hausse de 0,7 pc, en glissement annuel, après avoir régressé de 1,9 pc, un trimestre auparavant.

Cette légère amélioration, sous-tendue par le redressement de la production du phosphate brut, aurait été portée par un renforcement de la demande des industries locales de transformation.

La reprise de la demande asiatique pour les fertilisants, après une sensible contraction en 2013, aurait stimulé un accroissement de la production locale des engrais phosphatées de 7,7 pc, en variation annuelle.

En revanche, les quantités exportées de phosphate brut se seraient inscrites en baisse pour le cinquième trimestre consécutif.

Pour sa part, la valeur ajoutée énergétique aurait poursuivi son raffermissement au premier trimestre 2014, affichant une progression de 4,9 pc, en variation annuelle.

Cette croissance aurait été alimentée par le raffermissement des activités électriques, dont les fluctuations conjoncturelles seraient de nouveau en phase ascendante, grâce au retournement à la hausse de la production des unités thermiques.

Les activités de raffinage du pétrole auraient également augmenté de 10,1 pc au cours de la même période, compensant, en partie, la faiblesse de l’offre locale constatée à la mi-2013.

Les activités tertiaires auraient, quant à elles, continué de soutenir la croissance nationale avec, toutefois, un rythme en légère hausse, par rapport à l’année précédente.

La valeur ajoutée touristique aurait poursuivi son redressement, réalisant une croissance estimée à 5,9 pc, en variation annuelle, après 4,1 pc au quatrième trimestre 2013.

Les nuitées globales et les recettes voyages se seraient raffermies, respectivement, de 8,3 pc et de 1 pc, en glissements annuels.

Bénéficiant d’une amélioration de l’environnement international et, particulièrement, de la zone euro, les arrivées des touristes étrangers se seraient accrues de 11,8 pc, au cours de la même période.

Globalement et compte tenu de l’ensemble des indicateurs collectés jusqu’à fin février 2014, ainsi que des estimations sectorielles établies pour le premier trimestre 2014, la croissance économique nationale se serait établie aux environs de 2,5 pc, au premier trimestre, au lieu de 4,5 pc un trimestre auparavant.