Maroc – Algérie : tirs à  la frontière, un « incident grave » !

Dimanche 19 Octobre 2014, l’Algérie réagit en accusant Rabat de travestir les faits.

Le Maroc a affirmé, samedi 18 octobre 2014, que des tirs de l’armée algérienne avaient eu lieu à la frontière commune entre les deux pays, blessant un citoyen marocain.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar a réclamé des « explications » à Alger sur cet « incident grave » et son ambassadeur a été convoqué dans la capitale du royaume.

 

Il s’agit d’un acte qui porte atteinte aux « principes fondamentaux liés aux droits de l’Homme, au bon voisinage et au respect d’un certain nombre de comportements admis et acceptés par nos deux pays pour préserver les conditions favorables toujours, malgré les différentes tensions ».

 

Suite à cette escalade sans précédent, le gouvernement marocain a décidé de répondre en toute fermeté à cet incident en totale contradiction avec les règles du droit international et celles du bon voisinage que le Maroc veille à respecter.

 

Le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad a, pour sa part, qualifié d' »acte frivole » les tirs qui ont grièvement atteint un civil marocain au visage, en relevant la nécessité de sécuriser la frontière.

 

« Le tir visait la personne, ce qui veut dire que l’intention a été probablement de le tuer », a t il indiqué.

 

Le ministre a fait savoir que le gouvernement marocain a décidé d’alerter l’opinion publique marocaine, algérienne et internationale sur les risques de ce genre de comportements.

 

 

Dimanche 19 Octobre 2014, l’Algérie réagit en accusant Rabat de travestir les faits.

 

Le chargé d’Affaires du Royaume du Maroc à Alger a été convoqué au ministère algérien des Affaires étrangères, selon un communiqué du MAE algérien.

 

Ce différend bilatéral ne risque pas d’améliorer les relations, déjà très tendues, entre le Maroc et l’Algérie, deux pays dont la frontière est fermée depuis 20 ans…