Maroc – Arabie Saoudite : Création d’un fonds d’investissement commun

Le Conseil des hommes d’affaires maroco-saoudien a appelé à  la création d’un fonds d’investissement commun ouvert aux secteurs publics et privés du Maroc et de l’Arabie saoudite, à  l’issue de sa réunion lundi à  Djeddah.

Dans ses recommandations qui seront soumises à la 12è session de la commission mixte maroco-saoudienne, qui débutera ses travaux mardi sous la présidence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saâd Dine El Otmani et de son homologue saoudien, SAR le Prince Saoud Al Faiçal, le Conseil exhorte les opérateurs économiques, les établissements financiers et les fonds d’investissement des deux pays à contribuer au capital de ce nouveau fonds destiné à appuyer les projets portés par les petites et moyennes entreprises et à saisir les opportunités d’investissement de part et d’autre.

Les membres du Conseil ont également plaidé pour l’ouverture dans les plus brefs délais d’une ligne de transport maritime entre l’Arabie saoudite et le Maroc, une demande appuyée par les résultats de l’étude de faisabilité de ce projet.

L’ouverture de cette ligne maritime ainsi que la création du fonds d’investissement commun ont été débattus auparavant par les opérateurs économiques des deux pays lors du Forum de l’investissement maroco-saoudien, tenu dimanche à Djeddah, dans le cadre du Conseil des hommes d’affaires des deux pays, sous la présidence de Mohamed Fahd Hammadi du côté saoudien et de Khalid Benjelloun du côté marocain.

Les membres du Conseil ont aussi appelé à un examen approfondi du projet dans ses différents volets en associant les secteurs gouvernementaux et les investisseurs, pour le soumettre à la prochaine réunion du Conseil, prévue avant fin 2013 à Casablanca.

Le Conseil a, en outre, plaidé pour l’organisation d’une exposition annuelle qui se tiendra en alternance dans chacun des deux pays, consacrée aux produits de l’agriculture et de l’industrie, avec la mise en place de mécanismes internes pour aider les investisseurs marocains et saoudiens.

A cette occasion, Mohamed Fahd Hammadi a souligné l’importance de la réalisation de ces projets pour promouvoir les échanges économiques et commerciaux des deux pays.

S’agissant du projet de la ligne maritime, il a relevé l’urgence d’ouvrir cette ligne d’autant plus que l’étude réalisée a démontré que ce projet est de nature à fluidifier la circulation des marchandises entre les deux Royaumes, dont le volume se situe entre 4.000 et 5.000 conteneurs par mois.

De même, il a insisté sur l’importance de mettre en place un holding avec la participation des secteurs publics et privés des deux pays, estimant que les deux projets devraient être prêts pour fin 2014, de manière à coïncider avec la tenue de la prochaine réunion du forum d’investissement maroco-saoudien à Casablanca.

M. Khalid Benjelloun a quant à lui mis l’accent sur les obstacles qui continuent de bloquer la promotion des relations commerciales et économiques bilatéraux, en particulier dans le domaine du transport maritime. 

Il a ainsi mis en avant la volonté des opérateurs économiques marocains à oeuvrer pour le renforcement de la coopération avec leurs homologues saoudiens dans différents domaines, avec notamment l’organisation d’une rencontre de sensibilisation sur les opportunités d’affaires, de commerce et d’investissement en particulier dans les domaines foncier, d’infrastructure, de la banque et des finances.

Il s’est par ailleurs félicité du bilan positif des travaux du Conseil des hommes d’affaires maroco-saoudien, appelant à définir une nouvelle politique pour promouvoir les relations entre les deux pays, se disant convaincu que la concrétisation du projet de création du fonds d’investissement, approuvé lors de cette réunion, est de nature à booster les échanges économiques et commerciaux bilatéraux.

Lors de cette réunion, marquée par la participation d’une forte délégation marocaine constituée de 25 hommes d’affaires représentant différents secteurs productifs, le Conseil a examiné d’autres questions portant notamment sur le commerce, la commercialisation, l’entrepreneuriat, l’habitat, le référencement des entreprises et le tourisme.