Maroc : 103 714 suspects arrêtés au niveau national.

La Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a indiqué que les interventions opérées par les différents services de sécurité sur l’ensemble du territoire national ont permis l’interpellation, au cours du premier trimestre de l’année en cours, de 103 mille 714 suspects qui ont été soumis à  la procédure de la garde à  vue.

La Direction a précisé, dans un communiqué, que 75.750 personnes ont été prises en flagrant délit en train de commettre différents délits et crimes, alors que 27.964 autres étaient recherchées pour leur implication présumée dans différentes affaires criminelles.

L’intensification des interventions sécuritaires dans l’ensemble des villes du Royaume et le renforcement de la présence des patrouilles de police à pied et montée sur la voie publique ont permis d’enregistrer une augmentation du nombre de personnes suspectes de 14 pc par rapport au premier trimestre de 2013 au cours duquel le nombre de personnes interpelées en flagrant délit a atteint 68.644 personnes, dont 22.030 étaient recherchées.

La même source a ajouté que les opérations et interventions effectuées par les patrouilles mixtes de sécurité chargées du contrôle des environs des établissements de l’enseignement depuis le début de l’actuelle année scolaire au 31 mars, ont débouché sur l’arrestation de 737 personnes pour détention et trafic de drogue, pendant que les quantités de stupéfiants saisies dans des affaires liées au contrôle de l’espace de l’enseignement se sont élevées à 4 kg et 483 grammes de hashish, 3 kg et 578 grammes de poudre de tabac mélangée au kif, 307 grammes de Maajoune, 11 sachets d’héroïne, un sachet de cocaine et 216 comprimés hallucinants.

Le communiqué a indiqué que parallèlement à ces actions, les interventions des patrouilles mixtes de sécurité près des établissements scolaires ont permis également d’enregistrer 1182 autres affaires criminelles et d’arrêter 1412 personnes dont 105 pour coups et blessures avec préméditation, 313 pour violence, 124 pour vol sous la menace, 328 pour ébriété publique manifeste, 89 pour violation de l’enceinte d’un établissement d’enseignement et 114 pour détention illégale d’armes blanches et 30 pour incitation à la débauche.

La Direction Générale de la Sûreté Nationale a ajouté qu’en ce qui concerne le crime, 121.806 affaires répressives ont été enregistrées lors des trois premiers mois de 2014, alors que les affaires élucidées ont atteint 107.102 affaires, soit un taux de répression (moyenne de réussite des investigations sécuritaires) de l’ordre de 87.93 pc.

Le communiqué a ajouté que les crimes commis avec violence et qui pourraient avoir un impact négatif sur le sentiment de sécurité chez le citoyen n’ont pas dépassé les 9,91 pc du nombre des crimes enregistrés durant la même période. Ces mêmes crimes ont enregistré une baisse sensible de 2 pc, passant de 12.318 crimes durant les trois premiers mois de l’année écoulée à seulement 12.074.

Sur ce type de crimes, les crimes de vol aggravé, notamment ceux accompagnés d’agression sur la voie publique ont connu, pour leur part, une baisse de 3,25 pc, alors que 80,69 pc de ces crimes ont été réprimés et que 9959 personnes ont été interpellées ou déférées devant la justice pour le compte de la même période (les trois premiers mois), a précisé la même source.

La DGSN a assuré que ce genre d’interventions sécuritaires seront maintenues dans leurs volets préventif et répressif en vue d’identifier et de lutter contre tout acte criminel qui porte atteinte à la sécurité des citoyens et de leurs biens dans le cadre de la mise en œuvre ferme des dispositions juridiques pertinentes d’une part et du respect des critères des Droits de l’Homme de l’autre.