Marché du travail : une «reprise relative» grâce à la relance progressive de l’économie

• Quelque 2,5 millions d’employés ont été inscrits à ce jour à la CNSS.
• Près de 100 000 employés n’ont pas encore repris leur travail.

Le marché du travail connaît une «reprise relative» suite à la relance progressive de l’économie nationale. Les mesures prises pour faire face aux répercussions économiques et sociales de la Covid-19 ont contribué, de manière générale, à maîtriser l’aggravation de la situation au niveau du marché du travail, souligne-t-on auprès du département du travail et de l’insertion professionnelle. Les données des déclarations de salaires de la CNSS relèvent d’ailleurs que l’activité économique commence à se rétablir progressivement. Le nombre de personnes inscrites à la CNSS a ainsi atteint 1,6 million de personnes au mois d’avril, tandis que quelque 2,5 millions d’employés ont été inscrits jusqu’à ce jour, et près de 100000 employés n’ont pas encore repris leur travail.
Comme l’a déjà souligné le ministre du commerce et de l’industrie, Moulay Hafid Elalamy, certains secteurs ont repris leurs activités en un temps record, notamment l’automobile, qui connaît un manque en matière des ressources humaines et est en train d’attirer d’autres catégories de main-d’œuvre. Cependant, d’autres secteurs connaissent encore des problèmes majeures, tels que le tourisme, qui a été fortement touché, malgré certaines mesures prises pour le relancer.
Par ailleurs, le plan national de promotion de l’emploi a atteint des chiffres qualifiés d’«importants» dans la phase pré-pandémie, ajoutant que ces chiffres ont connu une baisse en raison des répercussions du Coronavirus, précise-t-on auprès du département du travail. Le lancement du processus de vaccination aura, sans doute, des effets positifs sur l’économie nationale et le marché du travail en particulier, espère-t-on.
A préciser que dans le cadre du soutien à la dimension régionale de l’emploi, il a été procédé au parachèvement de l’élaboration des programmes régionaux pour l’emploi dans différentes régions, selon des études de diagnostic réalisées et de l’expansion des programmes régionaux d’inclusion économique des jeunes basés sur les systèmes et la gouvernance territoriale. Ces programmes incluent désormais trois nouvelles régions qui s’ajoutent à la région de Marrakech-Safi, à savoir les régions de Rabat-Salé-Kénitra, Souss-Massa et Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Ces programmes visent à développer de nouvelles mesures et approches, ainsi qu’à développer des mécanismes pour suivre divers programmes et stratégies au niveau régional afin de renforcer la proactivité et la coordination entre les différentes parties prenantes.