Marché des capitaux : Signature d’un protocole d’accord au profit des PME

Un protocole d’accord pour faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises (PME) au marché des capitaux a été signé, mercredi à Casablanca, entre la Bourse de Casablanca, l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), l’Association Professionnelle des Sociétés de Bourse (APSB) et Maroclear.

Paraphé par la Présidente de l’AMMC, Nezha Hayat, le président du conseil d’administration de la Bourse de Casablanca, Kamal Mokdad, le président de l’APSB, Younes Sekkat et le PDG de Maroclear, Fathia Bennis, ce protocole d’accord vise à faciliter l’accès des PME au financement au niveau du marché alternatif de la Bourse de Casablanca.

Intégrée et attractive, cette offre, fruit d’une longue concertation entre ces institutions porte, notamment, sur la réduction du coût d’accès au marché alternatif dédié aux PME, en accordant une réduction de 50% sur les commissions de ces institutions.

Il s’agit, également, de l’optimisation des procédures d’accès au marché, notamment par la mise en place d’un guichet unique au niveau de l’AMMC pour centraliser les démarches administratives et l’instauration d’un dispositif de formation et d’accompagnement des PME souhaitant lever des financements sur le marché des capitaux.

S’exprimant à cette occasion, Mme Hayat a indiqué que le marché des capitaux offre plusieurs solutions de financement alternatives que les PME peuvent utiliser pour optimiser leurs structures financières et lever des financements à des conditions avantageuses.

« Toutefois cette catégorie, ne recourt pas suffisamment au marché », a déploré Mme Hayat, citant des freins tels que le coût d’accès au marché, la complexité du processus d’accès au marché, ou encore le manque d’informations sur les différentes opportunités.

Le protocole d’accord signé aujourd’hui vise à répondre à ces préoccupations, a-t-elle souligné, ajoutant que cette offre PME a été conçue de manière à être évolutive.

En effet, elle sera enrichie grâce à l’écoute continue des besoins des PME et à l’intégration progressive d’autres parties prenantes qui pourront apporter des contributions additionnelles, a fait observer Mme Hayat.

Et d’ajouter que cette offre constitue une initiative structurante et cohérente avec le dispositif mis en place pour les PME qui font appel public à l’épargne.

Par ailleurs, elle a fait état de l’introduction de règles plus adaptées en ce qui concerne la gouvernance et transparence des PME, permettant un équilibre adéquat entre flexibilité et facilité d’accès au marché d’une part, et protection de l’épargne et intégrité du marché d’autre part.

De son côté, M. Mokdad a rappelé le poids prépondérant des PME au niveau de l’économie nationale, notant que leur compétitivité et pérennité est tributaire principalement de leur capacité de lever des financements en faveur de leur développement.

Cet accord qui contribue à la dynamisation des marchés des capitaux est « une nouvelle preuve de notre volonté de faire de notre marché un outil efficace qui joue son rôle dans l’accompagnement de la dynamique économique, particulièrement, dans le contexte de la relance économique et l’amorçage du nouveau modèle de développement », a-t-il fait valoir.

Pour sa part, Mme Bennis s’est réjouie de la mise en place de cette offre « où tout le monde va s’engager pour que la PME puisse trouver des financements adéquats au niveau de la bourse ».

A cet égard, Mme Bennis a appelé à des programmes de formation en faveur des PME sur des sujets relatifs au marché des capitaux, son fonctionnement et son apport pour l’entreprise.

M. Sekkat a souligné quant à lui, l’importance de soutenir les PME à travers la diversification des sources de financement, notant que cette offre est à même d’encourager les PME marocaines à se financer à travers la Bourse de Casablanca.