L’opposition gagnée par l’esprit de groupe

L’opposition pense saisir le gouvernement pour s’expliquer sur les récentes déclarations du ministre chargé des relations avec le Parlement dans lesquelles il a accusé ces partis de tentatives de geler la Constitution.

Le dernier coup d’éclat de l’opposition semble lui avoir bien réussi. Les quatre formations, le RNI, le PAM, l’USFP et l’UC, qui ont décidé d’un commun accord de boycotter la séance mensuelle des questions générales au Parlement (art.100 de la Constitution) n’écartent pas la possibilité de futures actions du genre. Dans les rangs de l’opposition, on parle déjà de l’éventualité de saisir le gouvernement pour s’expliquer sur de récentes déclarations du ministre chargé des relations avec le Parlement dans lesquelles il a accusé ces partis de tentatives de geler la Constitution. Dans le même ordre d’idées, les quatre formations reprochent, elles, à l’Exécutif d’entraver la mise en œuvre de la Constitution, notamment l’article 82. Cet article consacre une journée par mois à l’examen des propositions de loi présentées par les parlementaires dont ceux de l’opposition. Celle-ci accuse le gouvernement d’avoir fait barrage à des dizaines de propositions de loi, dont des propositions de lois organiques.

D’autres actions concertées pourraient être envisagées. L’USFP insiste par ailleurs sur la nécessité de renforcer et amplifier cette coordination dans les deux Chambres pour faire face à une éventuelle dégradation de la vie politique et institutionnelle.