L’ONEE veut développer le réseau électrique des provinces du Sud

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation d’une étude de développement du réseau électrique très haute tension de l’artère Agadir-Laâyoune-Boujdour-Dakhla.

L’objectif est de préparer ce réseau aux grands projets d’énergie qui risquent de présenter des contraintes pour le fonctionnement des infrastructures existantes. L’étude doit arrêter le schéma optimal de développement à moyen terme (2030) et à long terme (2040) du réseau de transport entre Agadir, Laâyoune et Dakhla pour permettre l’alimentation en énergie électrique de la région Sud et l’évacuation de la production de toutes les installations existantes et futures dans les meilleures conditions. Selon l’ONEE, compte tenu de la longueur importante de l’artère Agadir-Laâyoune-Boujdour-Dakhla, le réseau électrique de transport programmé pour le raccordement de la ville de Dakhla et les parcs éoliens prévus entre Laâyoune, Boujdour et Dakhla risque de présenter des contraintes de stabilité de tension, de surtensions transitoires et de phénomène de résonance. De même, les études électriques préliminaires de fonctionnement du réseau Sud ont fait ressortir que ce réseau est limité en termes de puissance maximale transmissible, ce qui entrave les objectifs ambitieux de développement des moyens de production à base d’énergies renouvelables dans la région Sud. L’étude devra se faire sur une durée de 6 mois pour un coût de 1,8 MDH.