L’ONCF réalise un CA de 3.8 milliards de dhs et maintient le cap de la croissance

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a maintenu, au titre de l’exercice 2013, le cap de la croissance installée depuis plus d’une décennie en enregistrant un résultat net de 148 millions de dirhams (MDH).

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a maintenu, au titre de l’exercice 2013, le cap de la croissance installée depuis plus d’une décennie en enregistrant un résultat net de 148 millions de dirhams (MDH) contre un objectif fixé dans le Contrat-Programme à -312 MDH, soit une amélioration de près de 460 MDH, a annoncé vendredi à Rabat, le Directeur Général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie.

« Les résultats financiers ont été au rendez-vous, confirmant encore cette année la tendance haussière et durable des performances de l’Office. Tous les agrégats de gestion et financiers ont dépassé les objectifs fixés dans le Contrat-Programme avec l’Etat », a expliqué M. Khlie lors d’une conférence de presse consacrée à l’arrêt des comptes de l’année 2013.

Il a, en outre, fait savoir que le chiffre d’affaires de l’Office, au titre du même exercice, a atteint 3,8 milliards de dhs (MMDH) en progression de 6,9 pc, tandis que la valeur ajoutée s’est chiffrée à 2,7 MMDH, en hausse de 5 pc », a-t-il relevé, en ajoutant que « l’excédent brut d’exploitation s’est élevé à 1,7 MMDH (+6 pc), au moment où la capacité d’autofinancement, qui a progressé de 58 pc s’est chiffrée à 1,3 MMDH ».

« L’Office a réalisé de bons résultats à plusieurs niveaux, notamment, une croissance de 4 pc toutes activités confondues, plus de 38 millions de voyageurs transportés, un volume de 36 millions de tonnes de marchandises acheminées, un taux de satisfaction des clients de 77 pc et une régularité des trains dépassant les 80 pc », s’est félicité M. Khlie.

Ces résultats, conjugués à une accélération du rythme des investissements (5 milliards de dhs en 2013), contribuent, selon le DG de l’Office, à l’amélioration du niveau de la qualité du service ainsi qu’au renforcement de la sécurité et de la sûreté ferroviaires.

S’agissant de la ligne à grande vitesse (LGV) , M. Khlie a précisé que le chantier, dont le taux de réalisation a atteint 58 pc, « est géré de manière intégrée et avance à pas sûrs », notant que la commercialisation de la Ligne pourrait être retardée à fin 2016 en raison, selon lui, de certaines contraintes liées à un tracé qui passe par des zones techniquement difficiles.

Il a, dans le même cadre, ajouté qu’une visite au chantier serait programmée, avant l’été 2014, au profit des journalistes, en vue de constater de visu l’avancement du projet et son envergure.

M. Khlie a, en outre, présenté une rétrospective sur les activités phares ayant marqué l’exercice 2013, notamment la signature de conventions et de contrats avec des opérateurs de renommée internationale dans le cadre du développement de l’industrie ferroviaire au Maroc, le lancement des travaux de la future gare de la ville d’Oujda, la présentation des projets de l’Urba-pôle d’Oujda et de la mise à niveau de la ligne ferroviaire Fès-Oujda.

Le DG de l’ONCF a également mis l’accent sur la célébration des festivités du 50 ème anniversaire de création de l’office, qui a coïncidé avec le centenaire des chemins de fer au Maroc, fêtés sous le thème « 50 ans au service de l’avenir ».

Depuis 1963, l’ONCF est un établissement public, placé sous la tutelle du ministère de l’Equipement, du transport et de la logistique, à caractère industriel et commercial doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière.

Il a pour missions l’exploitation du réseau ferroviaire national, l’élaboration des études, la construction et l’exploitation des lignes nouvelles des chemins de fer et l’exploitation de toutes les entreprises se rattachant directement ou indirectement à l’objet des missions de l’Office.