L’Istiqlal en rogne

L’Istiqlal a perdu 7 conseillers à la deuxième Chambre sur décision du Conseil constitutionnel. Il perd également l’une des trois régions du Sahara qu’il présidait, après un jugement du tribunal administratif.

De quoi provoquer une mobilisation générale au parti. Une première réunion du comité exécutif a été tenue, lundi 13 juin, et le parti a décidé de réunir son conseil national le 25 juin. Pour l’heure, l’Istiqlal se dit être la cible d’attaques acharnées et auxquelles il promet de répondre de manière ferme. Certains cadres parlent même de réponses extrêmes comme le boycott des prochaines élections ou le retrait de toutes les instances élues. Mais cela reste une réaction marginale. Les Istiqlaliens préfèrent se donner le temps de bien évaluer leur réaction d’ici la tenue de leur conseil national.