L’Iran arrête le confinement malgré un grand danger de propagation

A partir de ce samedi 11 avril, deux tiers des activités dites « à faible risque » reprendront en Iran, sauf dans la province de Téhéran, qui devra attendre une semaine de plus. 

Une décision prise au moment où le bilan officiel annoncé hier est de 3 993 morts et 64 586 cas confirmés…

Le personnel soignant du pays s’inquiète et s’attend à une accélération de la propagation de l’épidémie, suite à cette décision.

Le président Rohani lui, estime que l’économie iranienne est en très grande difficulté à cause, notamment, des sanctions américaines et de la chute importante des cours du pétrole, dont Téhéran parvient encore à exporter de faibles quantités malgré ces sanctions. « Avant, la lutte contre le coronavirus se faisait en restant chez soi. Aujourd’hui, elle se fait en reprenant les activités économiques. Nous n’avons pas d’autre voie en face de nous » déclare t-il lors de sa réunion hebdomadaire avec le cabinet, hier.

Il faut dire que dans ce contexte de crise sanitaire, et pour la première fois depuis 1960, l’Iran a demandé au FMI de lui faire un prêt de 5 milliards de dollars (environ 4,6 milliards d’euros). Une requête à laquelle les Etats-Unis s’opposent, accusant Téhéran de vouloir utiliser ces fonds pour ses « activités terroristes » dans la région, selon la porte-parole du département d’Etat des Etats-Unis, Morgan Deann Ortagus.

(Avec AFP)