Libre-échange avec la Turquie, le gouvernement tranche enfin

Un Conseil du gouvernement se tiendra, jeudi, sous la présidence du chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, avec entre autres points importants à l’ordre du jour, l’amendement de l’accord de libre-échange avec la Turquie. 

 

L’accord de libre-échange avec la Turquie sera finalement amendé. Le Conseil du gouvernement qui se tient jeudi 8 octobre, examinera, en effet, un amendement de cet accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie, signé à Rabat le 24 août 2020, ainsi qu’un projet de loi approuvant ledit accord. Faut-il rappeler qu’il y a encore quelques mois, le simple fait d’avoir évoqué la possibilité du changer de cette accord, en raison des dégâts qu’il a pu causer à l’économie nationale, a valu au ministre de l’industrie et du commerce, Moulay Hafid Elalamy, une levée de boucliers de la part des membres du PJD. Ce qui n’a pas empêché le responsable gouvernemental d’aller de l’avant dans sa démarche. Des négociations ont ainsi été entamées avec la partie turque, mais l’éclatement de l’épidémie du Coronavirus, début mars, a dû retarder le processus. Aujourd’hui c’est chose faite et les démarches engagées par le ministre viennent d’aboutir.

Autre point saillant qui sera abordé par le conseil du gouvernement, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour un mois supplémentaire. Le Conseil du gouvernement étudiera, en effet un projet de décret portant prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national pour faire face à l’épidémie du nouveau coronavirus. Le Conseil examinera, en outre, un projet de loi organique modifiant et complétant la loi organique relative à la nomination aux fonctions supérieures en application des dispositions des articles 49 et 92 de la Constitution. Ensuite, il procédera à l’examen d’un accord relatif à la consolidation des privilèges et de l’immunité diplomatiques, signé le 1er septembre 2020 par les États-Unis et le Maroc à Rabat et un projet de loi approuvant cet accord.

Notons que, comme le précisent les services de la Primature, le Conseil suivra, au début de ses travaux, un exposé du ministre d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement au sujet du bilan du gouvernement dans sa relation avec le parlement au cours de la 4è année législative de la dixième législature. Comme d’habitude, le Conseil achèvera ses travaux par l’examen de propositions de nomination à des fonctions supérieures conformément à l’article 92 de la Constitution.