Les tribunaux étaient «partiellement» actifs le 24 février

La grève générale à laquelle les syndicats UMT, CDT, FDT et UGTM ont appelé a concerné la grande majorité des administrations…, sauf la Justice.

En effet, le 24 février, les tribunaux du Maroc étaient en partie en marche : les audiences prévues ont été tenues (à quelques exceptions près à Kénitra, Marrakech et Safi), mais toutes les procédures annexes ont été suspendues : enregistrement des plaintes, paiement de la taxe judiciaire, inscription des appels et des pourvois… En réalité, les fonctionnaires chargés du «back-office» (caisse du tribunal, bureaux d’ordre, etc.) ont tous répondu à l’appel de la FDT, centrale qui chapeaute la SDJ, le Syndicat démocratique de la justice.