Les petits promoteurs en mal de financement

Ils ont vu leurs crédits baisser de 3.6% pour s’établir à  25.8 milliards de DH.

Si les entreprises privées semblent plus préoccupées par leur survie au quotidien que par l’investissement (voir article : Les entreprises privées empruntent plus pour survivre que pour investir), il semble qu’il en soit tout autrement pour les entrepreneurs individuels (commerçants, artisans, professions libérales…). Ces opérateurs détiennent en effet un encours de crédits de trésorerie de 7,6 milliards de DH à fin septembre 2012, soit une très forte croissance de 38% sur une année glissante.

On aurait pu rattacher cela à des difficultés de trésorerie, sauf que ces dernières ont également contracté plus de crédits d’équipements. L’encours de ces financements pour les entreprises individuelles approche les 7 milliards de DH, enregistrant une croissance de 11% sur les 12 derniers mois. Plus que de faire face à un quotidien difficile, les financements de trésorerie des petites entreprises semblent donc accompagner un effort d’investissement manifeste. Notons toutefois que les petits promoteurs immobiliers sont exclus de ce cercle vertueux. Ils ont en effet vu leurs crédits baisser de 3,6% pour s’établir à 25,8 milliards de DH.

Un état de fait qui ne doit pas étonner, vu que, de l’aveu des banquiers, les établissements de crédit ne financent plus que les promoteurs de taille importante, l’immobilier demeurant jusqu’à présent un secteur à risque. Seul point noir, dans tout cela, une forte progression des impayés : +11,3% de créances en souffrance sur les 12 derniers mois.