Les investissements en capital au Maroc s’élèvent à  307 MDH en 2012

L’étude souligne également 12 actes de désinvestissement au cours de l’année 2012, totalisant 148 MDH. Le cumul des désinvestissement depuis 2000 se chiffre, de son côté, à  plus de 1,82 MMDH.

Les investissements en capital au Maroc se sont élevés à 307 millions de dirhams (MDH) en 2012 avec 16 investissements, selon l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC).

Ces investissements, dont le montant moyen est de 23 MDH, sont réalisés pour les trois quart en fonds propres, le développement et la transmission s’accaparant la part du lion des flux, avec respectivement 64% et 27% des investissements en valeur, indique une étude statistique sur « l’activité, la croissance et la performance de l’industrie du Capital investissement au Maroc », réalisée par le Cabinet Grant Thornton au profit de l’AMIC.

Quant au total des investissements, il a atteint 3,6 milliards de dirhams (MMDH) à fin 2012 dans 140 entreprises dont 98 encore en portefeuille.

Les investissements dans le secteur industriel sont en nette augmentation depuis 2011, les bâtiments et travaux publics (BTP) et les services restent prépondérants, explique l’étude, qui relève qu’en terme de localisation géographique, la part du grand-Casablanca se réduit progressivement au profit de diverses régions.

L’étude souligne également 12 actes de désinvestissement au cours de l’année 2012, totalisant 148 MDH. Le cumul des désinvestissement depuis 2000 se chiffre, de son côté, à plus de 1,82 MMDH.

Depuis 2006, sur les 30 entreprises introduites à la Bourse de Casablanca, 8 d’entre elles avaient été accompagnées par des investisseurs en capital (soit 27% des introductions). A partir de 2011, face à une activité boursière atone, la majorité des désinvestissements en valeur sont industriels, précise la même source.

A fin 2012, l’industrie marocaine du Capital investissement comptait 36 fonds gérés par 20 sociétés de gestion. L’effectif moyen de ces dernières s’élève à 5,4 personnes, dont 4 pour les activités d’investissement, ce qui représente 103 personnes actives dans le secteur.

L’année 2012 a été caractérisée, en outre, par une forte croissance de la collecte de fonds, avec la création de 4 fonds : 3P Fund, PME Croissance, Emerald Fund et CNAV2, relève l’AMIC, notant que la part des organismes internationaux de développement a atteint 52 pc des capitaux levés depuis 2011, alors que l’intervention de l’Etat porte sur 2 fonds public-privé (3P Fund et PME Croissance), ce qui représente 15% des fonds levés.

S’agissant du taux de croissance annuel moyen (TCAM) du chiffre d’affaires et des effectifs des entreprises investies à fin 2012, il est respectivement de 16.41% et 9%, selon le document de l’AMIC, qui note que le Maroc reste la zone prioritaire d’investissement des fonds transrégionaux, suivi par la Tunisie et l’Algérie.

Par ailleurs, l’étude montre une amélioration de la gouvernance vu que 100% des sociétés investies sont auditées, 99% disposent d’outils de reporting et 98% ont mis en place des indicateurs de performance et une politique de définition et de suivi des budgets.

Cette étude, réalisée pour la 5ème année consécutive, est sous la houlette de la commission études & statistiques de l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) qui est la seule association professionnelle spécialisée dans le métier du Capital investissement.