Les importations en 2016 dopées par les biens d’équipement

Le déficit de la balance des biens se creuse à 184 milliards de DH.

La balance des biens (celle des services n’étant pas encore disponible) au titre de l’année 2016 est déficitaire de 184,4 milliards de DH, en aggravation de 19,6% (+30,2 milliards de DH) par rapport à l’exercice 2015, selon un communiqué de l’Office des changes sur les indicateurs préliminaires des échanges extérieurs. Ce déficit résulte d’une augmentation des importations de biens beaucoup plus importante (+9,3%, à plus de 407 milliards de DH) que celle des exportations (+2,1%, à 222,6 milliards de DH).

Quand on regarde le détail de ces importations, on constate que le gros est constitué de biens d’équipement: 119,33 milliards de DH, soit 29,3% de l’ensemble des importations de biens, au lieu de 19% en 2011. Par rapport à 2015, les importations de biens d’équipement ont progressé de 27,5% (+25,7 milliards de DH).

A priori, cette évolution devrait réconforter dans la mesure où elle indiquerait une reprise de l’investissement, après les baisses enregistrées en 2013 et 2014 et une légère remontée en 2015 (+1,5%). Ahmed Lahlimi, qui tenait une conférence mardi 17 janvier sur la situation économique en 2016 et les perspectives pour 2017, a une appréciation nuancée de cette évolution. Pour lui, le fait que la demande intérieure (consommation et investissement) dépende pour une bonne part des importations traduirait «la faible compétitivité de notre tissu productif». Dans le cas de l’investissement, les importations représentent 40% en 2016, contre 26% en 2012. En 2015, précise le Haut Commissaire au Plan, les exportations de la seule branche industrie aurait entraîné des importations en intrants intermédiaires d’un montant de 25 milliards de DH au lieu de 12,7 milliards en 2011.