Les camps en question !

Le Collectif des familles de disparus et de séquestrés marocains dans les pénitenciers de Tindouf a appelé, dans une lettre rendue publique le 27 juin, «à la levée du siège imposé aux populations retenues dans ces camps situés dans le sud-ouest algérien».

Une lettre qui été adressée par le collectif au président du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (Euromed-Droits). Et pour cause : une mission d’Euromed Droits s’est vu récemment refuser l’accès au territoire algérien pour s’enquérir de la situation des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf.