Les banques dans le collimateur de l’Etat

Cocasse. Dans la frénésie ambiante pour les avis à  tiers détenteur (ATD), ce véhicule qui permet à  un comptable public (Impôts ou autre administration) de recouvrer des créances auprès de débiteurs indélicats, même les banques, que l’on serait tenté de qualifier de contribuables plutôt sérieux, ne sont pas épargnées.

Cocasse. Dans la frénésie ambiante pour les avis à tiers détenteur (ATD), ce véhicule qui permet à un comptable public (Impôts ou autre administration) de recouvrer des créances auprès de débiteurs indélicats (voir article), même les banques, que l’on serait tenté de qualifier de contribuables plutôt sérieux, ne sont pas épargnées. Ainsi, selon les témoignages concordants des professionnels, il est arrivé ces derniers mois que ces établissements fassent l’objet de saisies de compte. Mais où les banques détiennent-elles un compte ? Chez Bank Al-Maghrib bien sûr. C’est donc auprès de cette dernière que les recouvreurs publics se sont servis pour effacer l’ardoise des établissements redevables.