Légère dégradation du solde commercial à fin mars

Le déficit de la balance commerciale s’est creusé légèrement au premier trimestre. Il est passé de 35,3 à 37,3 milliards de DH, selon les indicateurs préliminaires de l’Office des changes.

Une dégradation qui résulte d’une hausse des importations (+3,5%, à 93,6 milliards de DH) plus élevée que celle des exportations (+2,2%, à 56,3 milliards). Le taux de couverture des importations par les exportations marque ainsi un petit recul à 60,2% contre 60,9%.

Toutefois, cette variation est à relativiser. En effet, si les importations ont augmenté, c’est principalement en raison d’une forte progression des achats de biens d’équipement (+16,3%), de demi-produits (+9,9%) et de produits finis de consommation (+15,8%) qui reflète un certain regain de dynamisme de l’économie nationale. Les importations de produits énergétiques sont, elles, en baisse de 31,5% en raison de la poursuite de la chute des prix pétroliers, tandis que celles des produits alimentaires (blé, orge…) limitent leur croissance à 6,9%.

En face, les exportations se portent globalement bien. Hormis les phosphates et dérivés dont les expéditions reculent de 4,9%, toutes les autres branches affichent une bonne croissance, notamment l’automobile avec une progression de 10%, l’agriculture et agroalimentaire (+5,7%), le textile et cuir (+3,1%), l’aéronautique (+6,1%) et l’électronique (+6,9%).

Quoi qu’il en soit, la légère dégradation du solde commercial est atténuée par l’amélioration des recettes des MRE qui progressent de 3,9%, à 14,5 milliards de DH, et du solde des recettes touristiques qui augmente de 8,7%, à 9,2 milliards de DH.