L’EFA devient l’École Supérieure des Affaires de Casablanca

L’École Française des Affaires (EFA) vient de changer de nom et devient désormais l’École Supérieure des Affaires de Casablanca (ESA Casablanca) suite à la refonte de son offre pédagogique en double diplomation.

 

Ce changement d’identité vise notamment à mettre en avant la nouvelle offre pédagogique de l’école qui propose pour la rentrée 2020 trois nouvelles licences professionnelles (BAC + 3) accréditées à la fois par l’État marocain et l’État français pour un meilleur ancrage dans le monde de l’entreprise.

« Au delà du changement du nom, c’est un ancrage territorial extrêmement important, puisque le diplôme est reconnu par l’État marocain et l’État français », a déclaré à la MAP le président de la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM ), Jean-Pascal Darriet à l’occasion du lancement de l’ESA au campus de formation de la CFCIM à Casablanca.

Il a aussi fait part de son ambition d’ancrer cette formation dans le monde du travail et de l’entreprise, notant que cette école aura la chance de bénéficier du réseau de 5.000 adhérents de la Chambre dont des entreprises qui expriment des besoins en matière de compétences et qui « comptent sur des formations comme les nôtres pour recruter et préparer leur monde de demain ».

Le précédent parcours de l’EFA qui débouchait sur un diplo me Bac+2 de charge (e) de la gestion et de l’activite commerciale de l’entreprise se transforme ainsi en une offre pédagogique en trois ans dont deux ans de tronc commun, offrant une spe cialisation dans trois domaines: Management ope rationnel, De veloppement commercial et Ressources humaines.

Pour l’admission en premie re anne e de ces trois licences professionnelles de livre es par l’Universite Gustave Eiffel, les candidats doivent e tre titulaires d’un baccalaure at et re ussir le test d’admission e crit et oral de l’ESA. Le bachelier passe uniquement le test oral s’il dispose d’un TCF (Test de Connaissance de Franc ais) valide.

S’appuyant sur le vaste réseau de la CFCIM, qui regroupe près de 5 000 entreprises adhérentes, l’école enregistre un taux d’insertion professionnelle avoisinant les 100 %.

En effet, depuis sa création, l’EFA, aujourd’hui l’ESA Casablanca, a toujours orienté son programme et son approche pédagogiques vers l’entreprise. Les cours sont ainsi dispensés par une équipe d’experts et de professionnels aguerris. Des techniques d’enseignement innovantes sont appliquées, mettant particulièrement l’accent sur des me thodes pédagogiques participatives et des immersions en entreprise grâce aux stages.

En outre, l’offre pédagogique prévoit un programme de mentoring qui vise à faciliter le parcours pédagogique des étudiants et, à terme, leur insertion professionnelle. Dans ce cadre, les entreprises partenaires proposent parmi leurs collaborateurs des mentors qui auront la mission de coacher un étudiant dans le cadre de sa scolarité.

Afin de faciliter l’accès à l’enseignement des bacheliers les plus méritants et issus de milieux défavorisés, un programme de sponsoring est également proposé en complément du système de bourse existant. 20 entreprises partenaires s’engagent ainsi à prendre chacune en charge financièrement la moitié des frais de scolarité d’un étudiant bénéficiaire.

Conformément aux règles sanitaires en vigueur, l’Ecole affirme avoir déployé toutes les procédures pour garantir la sécurité de ses étudiants et de ses équipes, notant que le vaste campus de l’ESA Casablanca est en mesure d’accueillir en présentiel l’intégralité de ses effectifs.

Fruit d’une convention entre l’État français (représenté par l’Ambassade de France au Maroc) et la CFCIM, l’École Supérieure des Affaires (ESA) de Casablanca (anciennement Ecole Française des Affaires -EFA) forme les futurs cadres et entrepreneurs marocains depuis 1988.

(Avec MAP)