Le RNI poursuit sa tournée nationale et fait escale à Marrakech

Le RNI continue de rendre publics ses engagements électoraux. Pour le parti, le « médecin de famille » constitue un point d’entrée pour l’amélioration des services de santé. Il propose aussi la création d’un fonds pour la zakat dont la moitié de ses revenus serviront au financement du secteur de la santé et de doubler le budget du ministère de tutelle. Le RNI s’engage, de même, à former 3.300 médecins par an et d’instituer une prime d’éloignement pour le personnel médical.

Après avoir lancé les orientations de son programme, jeudi 3 juin, à Agadir, le RNI poursuit sa tournée de communication au niveau national. La seconde étape de cette tournée s’est déroulée, hier vendredi, à Marrakech. Elle vise avait pour objectif de présenter un programme qui est appuyé par des chiffres réalisables reflétant de manière très fidèle les ambitions des concitoyens. Ce programme, souligne-t-on auprès du parti,  jette également les bases du contrat politique qui permettra de rendre effectifs les changements tant désirés par les citoyens, étant donné que la méthodologie suivie par le parti repose sur une communication directe ces 5 dernières années.

Le programme du RNI repose sur 5 engagements prioritaires à savoir : une protection sociale contre les aléas de la vie, un système de santé digne, des emplois pour tous, une école de l’égalité et une administration à l’écoute. Ces engagements, qui constituent la base du contrat politique du RNI avec ses concitoyens, ont été formulés suite notamment aux différentes tournées d’écoute organisées lors des cinq dernières années auprès de plus de 300.000 Marocains et Marocaines.

Lors de la deuxième rencontre, tenue à Marrakech, le président du parti, Aziz Akhannouch, a énuméré différentes mesures liées aux domaines de la santé et de la protection sociale. Présentées par le président du parti, ces différentes mesures prévoient de porter au double le budget de la santé publique au cours des cinq prochaines années. Elles prévoient également de faire du médecin de famille un puissant levier qui permettra d’améliorer le dispositif de santé dans son ensemble. Le parti propose, en outre, la généralisation d’examens gratuits destinés aux femmes enceintes (mais aussi aux nouveaux-nés), en plus de leur fournir des conseils médicaux gratuits. Il propose également l’institution d’un Fonds dédié à Zakat Al Mal et à affecter la moitié des revenus de ce fonds au financement du secteur de la santé, particulièrement les maladies chroniques.

Précédemment annoncées lors de l’étape initiale à Agadir, d’autres mesures de protection sociale sont prévues. Parmi ces mesures, on retrouve l’octroi de revenus mensuels destinés à garantir la dignité des personnes âgées en situation de précarité, mais aussi la généralisation de la sécurité sociale et de l’assurance maladie. D’autres mesures permettront d’accompagner, tout au long de leur vie, les personnes en situation de handicap et de distribuer des allocations familiales pour les enfants.

Dans son intervention à cette occasion, Aziz Akhannouch a souligné l’importance de soutenir différents secteurs sociaux, qui sont vitaux pour le citoyen marocain. Ainsi, le parti prévoit comme objectif de former 3.300 nouveaux médecins par an, mais aussi de motiver le personnel médical par le biais d’un système efficace de primes, en particulier pour les médecins qui sont affectés dans des zones éloignées du centre. Par ailleurs, le président du parti n’a pas manqué de se référer à la vision de SM. Le Roi concernant le domaine de la protection sociale.