Le projet de Loi de Finances 2013 doit souligner l’importance du retour progressif des équilibres macroéconomiques

Le projet de Loi de Finances 2013 doit répondre aux impératifs de la maîtrise et la rationalisation des dépenses, l’augmentation des recettes et le retour progressif des équilibres macroéconomiques, selon une circulaire du chef du gouvernement.

Le projet de Loi de Finances 2013 doit répondre aux impératifs de la maîtrise et la rationalisation des dépenses, l’augmentation des recettes et le retour progressif des équilibres macroéconomiques, selon une circulaire du chef du gouvernement.

Pour réaliser ces objectifs et répondre aux priorités du gouvernement, le projet de loi doit insister sur la réduction du déficit budgétaire pour atteindre des niveaux acceptables et une gestion vigilante de la dette, indique M. Abdelilah Benkirane dans cette lettre de cadrage sur l’élaboration du projet de Loi de Finance 2013.

Dans ce cadre, il faut prendre des mesures à même d’immuniser les ressources, par le renforcement du rô le des services fiscaux et douaniers dans leur recouvrement et la stimulation de l’investissement, précise-t-il dans cette lettre adressée aux ministres, délégués et hauts commissaires.

Le projet doit mettre l’accent sur la nécessité d’une préservation durable des avoirs extérieurs, à travers l’encouragement des investissements directs étrangers, la mobilisation des financements extérieurs et l’amélioration de l’offre exportable.

Cette préservation ne peut se réaliser que par l’encouragement de la consommation du produit national, la mise en Âœuvre des mesures de la défense commerciale et la réduction progressive de la dépendance énergétique.

Le projet de Loi de Finances 2013 « se veut une étape essentielle pour développer le modèle national de développement » et son élaboration intervient dans une conjoncture économique difficile marquée par la volatilité des prix du pétrole et des matières premières au niveau international et une faiblesse de la production agricole au niveau national.

Ledit projet doit être conforme aux priorités du gouvernement, à savoir l’amélioration de la compétitivité économique nationale, le soutien de l’investissement productif, la réduction des disparités sociales et territoriales, la réalisation des réformes structurelles nécessaires et l’amélioration de la gouvernance.

Ces réformes concerneront le système des marchés publics pour une simplification de ses procédures et une garantie de la transparence, et la Caisse de la compensation à travers la révision des prix des produits subventionnés et l’élaboration d’une stratégie qui fera profiter les subventions de la caisse aux couches démunies.

Le gouvernement prévoit aussi la réforme du système de la retraite afin de garantir la permanence et l’équilibre des systèmes de retraite, d’améliorer son rendement et d’augmenter le nombre d’affiliés.

M. Benkirane a appelé les destinataires de la lettre à se conformer aux orientations principales lors de la formulation de leurs propositions sur le projet de Loi de Finances 2013.

Il les a invités à adapter ces propositions aux objectifs du programme gouvernemental, à adopter une programmation détaillée des investissements et à déterminer à priori les enveloppes budgétaires qui seront confiées aux services déconcentrés.

Il a aussi plaidé pour des recrutements minimums qui doivent viser l’amélioration des prestations et la réduction des dépenses de fonctionnement.

Pour le chef du gouvernement, les véhicules ne seront acquis que dans les cas de nécessité absolue et qui soient motivés et ce, dans le cadre de la gestion des parcs autos des administrations publiques. Il appelle également à la réduction des dépenses relatives aux études.

La lettre de cadrage fixe le 6 septembre comme deadline aux différents départements pour transmettre leurs propositions à la Direction du Budget, relevant du ministère de l’Economie et des Finances.