Le prix Max Jacob décerné au poète marocain Mohammed Bennis

Le Marocain Mohamed Bennis a reçu, mercredi à  Paris, le prix « Max Jacob » pour la poésie pour son recueil « Lieu païen » dans sa traduction française, réalisée par Bernard Noël.

Ce prix avait été décerné récemment au poète marocain par l’Association des amis de « Max Jacob » en reconnaissance de son travail poétique et de sa présence dans la langue française.

La remise de ce prix ouvre la programmation des événements liés au 70ème anniversaire de la mort du poète, romancier, essayiste, épistolier et peintre français Max Jacob (1876-1944).

Paru en juin dernier aux éditions « L’Amourier », « Lieu païen » est un recueil qui fut écrit en arabe et publié au Maroc en 1996 par les éditions Toubkal, puis traduit par Bernard Noël en collaboration avec l’auteur. Il s’agit, dans cinq longs poèmes, d’une exploration des espaces où la parole retrouve la raison d’être l’écrit de nos sens.

Canicule de la mer, Rocher de fièvre, Hiéroglyphes, Désert au bord de la lumière, Un nuage traversant le silence, sont des titres indicateurs. Ils désignent, à travers temps et lieux, la géographie d’une quête dont la soif est à jamais renouvelée. Par leur longueur et leur attachement au sentir, ils nous rappellent les Odes de la poésie arabe préislamique. Le poète y creuse une langue, celle de la poésie, qui porte en elle-même le sceau du lieu païen, lieu de jouissance, connaissance et transe.

S’exprimant lors de cette cérémonie, qui s’est déroulée en présence de plusieurs poètes, écrivains et intellectuels, ainsi que de l’ambassadeur du Maroc à Paris, Chakib Benmoussa, Mohamed Bennis s’est dit « honoré » de recevoir ce prestigieux prix qui lui permet d’apprécier beaucoup plus la poésie qui donne l’expérience de partager la parole avec les autres.

« La poésie contribue à engager ma langue (l’arabe) dans le dialogue avec d’autres langues et cultures », s’est-il réjoui.

Fondé en 1950, le prix de poésie Max Jacob est attribué chaque année dans le courant du premier trimestre. Il récompense une œuvre poétique d’un écrivain français ou étranger.