Le président du groupe d’amitié polono-marocain salue les résultats positifs du dialogue inter-libyen

Le président du groupe d’amitié parlementaire polono-marocain, Tomasz Kostuś, a salué les résultats positifs et les accords conclus entre les délégations du Haut Conseil d’Etat libyen et de la Chambre des représentants lors du 2-ème round du dialogue inter-libyen de Bouznika.

Dans une lettre envoyée mercredi à l’Ambassadeur du Maroc en Pologne Abderrahim Atmoun, Tomasz Kostus a mis en avant le rôle du Maroc, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour parvenir à une solution politique à la crise en Libye.
Il a souligné que les résultats du dialogue de Bouznika ont été possibles grâce à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, notant que le Souverain ne cesse d’entreprendre d’importantes initiatives en faveur de la paix, la stabilité, la sécurité ainsi que le développement dans la région et en Afrique.
Il a à cet égard ajouté que l’initiative marocaine a réussi à réunir les conditions propices au dialogue entre les parties libyennes, notant que les aboutissements du dialogue entre les deux délégations constituent un apport sur lequel il est possible de capitaliser pour instaurer la stabilité dans le pays.
Dans la déclaration finale ayant couronné le deuxième round du dialogue inter-libyen, tenu du 02 au 06 octobre dans le Royaume, les délégations du Haut Conseil d’État et de la Chambre des Représentants ont annoncé que ce round a été sanctionné par des accords globaux sur les critères et les mécanismes pour occuper les postes de souveraineté, prévus par l’article 15 de l’Accord politique libyen de Skhirat.
Les deux délégations ont précisé, que « les aboutissements du dialogue entre les deux délégations constituent un apport sur lequel il est possible de capitaliser, pour instaurer la stabilité dans le pays et mettre fin à la division institutionnelle ».
Les deux parties ont ainsi fait part « de leur détermination à poursuivre leurs rencontres consultatives, dans le Royaume du Maroc, afin de coordonner l’action des institutions politiques, exécutives et de contrôle, garantissant ainsi la fin de la période transitoire ».