Le PJD réduit ses effectifs

Le nouveau découpage régional fait des dégà¢ts collatéraux au sein du parti au pouvoir.

Le PJD qui a décidé de calquer son organisation locale sur celle administrative a bien été contraint de réduire du quart le nombre de ses directions régionales. L’organisation au niveau des régions de Gharb-Chrarda-Bni Hssen, Meknès-Tafilalet, Taza-Al Hoceima-Taounate et Chaouia-Ouardigha en sera chamboulée. Les directeurs, recrutés sous contrat, qui se voient évincés d’office réclament leur dû à la direction du parti, confie une source au sein de la formation islamiste. Ce n’est d’ailleurs pas le seul souci qui préoccupe le chef de file de la majorité. Il est victime depuis quelque temps d’une série de départs remarqués de ses militants vers d’autres formations. Le plus douloureux est sans doute celui de 75 membres de sa jeunesse à Laâyoune, dont certains militent au sein du parti depuis 2002, qui ont claqué la porte pour aller renforcer les rangs de son ennemi, l’Istiqlal de Hamid Chabat. L’Istiqlal a, bien sûr, célébré comme il se doit ce ralliement hautement symbolique dans une région où le PJD peine encore à prendre racines. D’autres départs ont été signalés dans les instances dirigeantes du PJD dans la région de Rhamna, fief d’un autre ennemi juré des islamistes, le PAM.