Le PJD en perpétuelle campagne électorale

Il tient 200 meetings et ouvre 12 nouvelles antennes par mois.

«Nous allons continuer sur cette voie jusqu’à la fin de notre mandat et remettre les affaires du pays entre les mains du plus fort, ou mourir dans la voie d’Allah». C’est en ces termes que s’est adressé, récemment à Casablanca, Abdelilah Benkirane à un parterre de militants et sympathisants du PJD. C’est, de l’avis des observateurs, la première fois que Benkirane va aussi loin et use, avec sa casquette de chef du gouvernement, de la rhétorique jihadiste. Il intervenait à l’occasion du lancement de la rituelle caravane de communication de son parti. Ce qui fait dire à certains analystes politiques que le PJD est, depuis son accession au gouvernement, en perpétuelle campagne électorale.

En effet, durant ces quatre derniers mois le parti a tenu plus de 800 meetings populaires à travers le pays. Il a également ouvert un peu plus de 150 nouvelles antennes locales en un peu plus d’une année, principalement dans les milieux périurbain et rural. Ce n’est pas tout. Son groupe parlementaire, fort de 107 députés, a accaparé plus de 40% des questions orales adressées au gouvernement. Et ce, sans parler de 2 291 autres questions écrites adressées aux différents membres du gouvernement. De même, le PJD qui excelle dans le militantisme de proximité a remis, depuis le début de l’actuelle législature, plus de 1 000 requêtes aux membres du gouvernement et différentes administrations publiques. Ces dossiers qui traitent souvent d’affaires personnelles sont remis par de simples citoyens aux députés islamistes. Dossiers que ces mêmes députés se font un point d’honneur à suivre jusqu’à leur aboutissement, quoique n’ayant souvent rien à voir avec la mission du député qui est la législation et le contrôle du gouvernement. Après tout, c’est leur meilleure carte de visite pour les prochaines échéances électorales.