Le PAM fait des petits

Le PAM a-t-il bouclé son premier cycle de vie ? Les indicateurs qui viennent de la formation du Tracteur semblent le confirmer.

Le parti formé, en 2008, avec la fusion de cinq petites formations autour du Mouvement de tous les démocrates (MTD), est en phase d’éclatement. Samir Belfkih, l’un des candidats à la direction, lors du dernier congrès, a annoncé son intention de quitter le parti et former, avec d’autres dissidents, une nouvelle formation politique qui, promet-il, gardera l’esprit et l’idée fondamentale du PAM de 2008. En même temps, les échos qui viennent de cette formation dirigée désormais par Abdellatif Ouahbi, font état de la décision d’autres militants et anciens dirigeants de rallier une formation de gauche. D’autres échos venant du parti parlent également de la possibilité de transformation en parti politique l’association «Nous arrivons, et nous pouvons», créée il y a un peu plus de deux ans par l’ancien membre du bureau politique Mustapha Merizek. Entre-temps, le premier secrétaire général du PAM, Hassan Benaddi, vient d’annoncer sa décision de se retirer de l’action politique. Alors que le parti bouillonne de l’intérieur, ses instances dirigeantes ne sont toujours pas en place, et ce, plus d’un mois après le tenue du congrès. En effet, la réunion du conseil national initialement prévue pour le 7 mars a été reportée à cause du Coronavirus. Cette réunion, consacrée à l’élection du bureau politique et aux instances du conseil national, devrait finalement avoir lieu le 29 mars.