Le Maroc veut prémunir les jeunes MRE de l’extrémisme

Le nombre de bénéficiaires du programme des universités saisonnières passera de 260 à plus de 500 jeunes par an.

Une centaine de jeunes MRE sont réunis ce week-end à Ifrane pour participer à une université d’hiver. Un rendez-vous à première vue ordinaire, mais qui cache une volonté de l’Etat marocain d’initier les jeunes, généralement de deuxième, voire de troisième génération, aux valeurs fondatrices de la société marocaine. Concrètement, il s’agit d’une «université d’hiver» organisée à l’Université Al Akhawayn, à l’initiative du ministère chargé des MRE et du secrétariat d’Etat chargé de l’enseignement supérieur. Au programme, des thématiques comme le vivre-ensemble, l’inter-culturalité et le rôle des jeunes MRE dans la promotion de l’image du Maroc. De manière générale, il s’agit de la préservation de l’identité marocaine des nouvelles générations des MRE, du renforcement de leurs liens avec leur culture d’origine. En outre, cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un nouveau programme culturel lancé par le ministère envers les jeunes MRE. Partant de l’expérience des universités d’été, développée par le ministère depuis 2009, ce nouveau programme «se veut novateur dans le sens où il permettra de couvrir un plus grand nombre de jeunes MRE sur différentes périodes de l’année».

Ainsi, le programme des universités saisonnières s’étalera sur cinq sessions. Il s’agit d’une université d’automne, une université d’hiver, une université de printemps et deux universités d’été. Ceci permettra, à terme, de porter le nombre des bénéficiaires de 260 à plus de 500 jeunes par an. Ce programme, précise le ministère, sera réalisé avec le concours de plusieurs universités marocaines. Il vient d’être déployé dans un contexte où la communauté marocaine établie à l’étranger connaît plusieurs mutations, notamment des changements d’ordre intergénérationnels, de l’environnement des sociétés d’accueil et la montée des courants extrémistes, particulièrement dans les pays occidentaux. Toutes ces mutations ont fait apparaître de nouvelles préoccupations, besoins et attentes, notamment chez les nouvelles générations.

Selon les organisateurs, sont principalement concernés par ce programme les jeunes marocains du monde, sélectionnés sur la base de leur parcours estudiantin exemplaire, âgés de 18 à 25 ans, dont 66% de sexe féminin, en provenance de différents pays de résidence à travers le monde. Bien sûr, précise-t-on, ce programme n’est pas destiné exclusivement aux jeunes MRE. La promotion de l’inter-culturalité étant l’un de ses principaux objectifs, il est donc prévu de faire participer également des étudiants marocains et étrangers poursuivant leurs études supérieures au Maroc. Le but étant de favoriser davantage le partage des expériences et l’échange interculturel. Durant trois jours, ces jeunes étudiants participent à des conférences et débats animés par d’éminentes personnalités, chercheurs et experts marocains, mettant en exergue le vivre-ensemble.