Le Maroc, l’un des pays les plus performants en Afrique selon la BAD

Le portefeuille actif de la Banque africaine de développement au Maroc compte 28 opérations représentant, à  ce jour, un montant d’engagements nets de plus de 2,3 milliards d’euros, faisant du Royaume l’un des pays les plus performants sur le continent africain.

Le portefeuille actif de la Banque africaine de développement (BAD) au Maroc compte 28 opérations représentant, à ce jour, un montant d’engagements nets de plus de 2,3 milliards d’euros, soit environ 25,7 milliards de dirhams, faisant du Royaume l’un des pays les plus performants sur le continent africain, a annoncé, mardi à Rabat, la Représentante résidente de la BAD au Maroc.

« Cette année nous avons constaté une amélioration de la performance du portefeuille des opérations de la BAD au Maroc par rapport à l’année précédente. A cet effet, le Royaume a pu maintenir sa place parmi les pays les plus performants sur le continent africain », s’est réjouie Mme. Abou Zeid, qui intervenait lors d’un point de presse sur la revue annuelle de la performance du portefeuille des opérations du groupe de la BAD au Maroc.

Mme. Abou Zeid, qui s’est félicitée de la bonne performance globale des opérations, a fait savoir que le portefeuille assaini « ne comporte plus de projets à risque », alors que les gains en efficacité sur les opérations se sont renforcées en 2013.

La configuration sectorielle des fonds engagés témoigne d’une forte concentration dans les infrastructures qui représentent près de 90% des engagements, dont les énergies renouvelables, les transports, l’eau et l’assainissement, a-t-elle précisé, relevant que les autres engagements viennent en soutien au secteur des réformes publiques, à l’adéquation formation-emploi, au secteur privé et à l’agriculture.

« L’année 2013 a connu la signature d’un programme important pour les réformes du secteur de l’éducation et de l’enseignement supérieur de manière à assurer une meilleure adéquation formation/emploi et à s’aligner sur les priorités nationales dans ce domaine », a indiqué Mme. Abou Zeid, notant que le financement de la 3ème phase de la couverture médicale sera discuté au prochain Conseil d’administration du groupe, qui se tiendra en novembre 2013.

Le secteur de l’éducation a profité de 116 millions d’euros d’engagements, a-t-elle poursuivi, soulignant que le Maroc a également bénéficié de 6 dons provenant du fonds de transition, faisant du Royaume le 1er pays qui a pu profiter des fonds de transition en Afrique.

Ainsi, 11 opérations d’assistance technique, financées par des dons du fonds des pays à revenu intermédiaire pour un montant d’environ 8 millions d’euros, sont en cours d’exécution, outre 6 études et assistances techniques qui sont financées par les fonds fiduciaires de transition dans le cadre du partenariat de Deauville, dans les domaines de la santé, la formation professionnelle, l’enseignement supérieur et en faveur de la société civile.

Pour sa part, Olivier Breteche, chargé des opérations de la BAD, a déclaré à la MAP que les projets engagés par la BAD au Royaume en 2012 ont affiché un avancement « important » durant l’année en cours, et ont porté sur des domaines innovants pour l’Afrique du Nord.

En ce qui concerne les activités du guichet du secteur privé, le groupe de la Banque finance actuellement deux opérations d’infrastructure portant sur un prêt à l’Office chérifien des phosphates et une prise de participation dans un fonds d’investissement régional dédié au financement des infrastructures (Fonds Argan pour le développement des infrastructures), a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la décentralisation des services de la Banque au bureau de Rabat depuis 2006 se concrétise par un accompagnement plus fort et une proximité des opérations avec les partenaires au Maroc.