Le Maroc dans la compétition économique mondiale

Le Royaume a gagné 26 places au classement des économies les plus intégrées aux flux mondiaux. Il a grimpé de la 79e à  la 53e place mondiale entre 1995 et 2012.

Selon un rapport publié par le célèbre cabinet de consulting américain McKinsey, « L’économie du Maroc est de plus en plus étroitement imbriquée dans l’économie mondiale. »

En l’espace d’une quinzaine d’années, l’économie du pays est devenue plus saine moins dépendante de l’agriculture, les services ont explosé et le Maroc ressort même comme le deuxième pays au monde à avoir le plus progressé en termes d’intégration aux flux mondiaux derrière la progression de l’Ile Maurice.

Un constat qui s’est fait, selon l’étude McKinsey, sur la base d’un diagnostic de 195 pays sur la période 1980-2012 ainsi que sur un indice de connectivité mesurant pour 131 pays leur niveau d’intégration dans le réseau mondial des flux.
Mourad Taoufiki, directeur général de McKinsey pour le Maroc, estime « qu’il s’agit d’un indicateur très positif, dans la mesure où l’étude établit aussi le lien qui existe entre le degré d’intégration d’un pays aux flux mondiaux, d’une part, et la croissance de son PIB, d’autre part. L’ouverture du Maroc sur l’économie mondiale contribue donc au développement et à la prospérité du Royaume ».