Le fonds de garantie des dépôts affine ses outils d’indemnisation

Les ressources collectées totalisent 17,7 milliards de DH à fin juin.

Si la Société marocaine de gestion des fonds de garantie des dépôts bancaires (SGFG) est restée loin des projecteurs depuis sa création il y a près de deux ans et demi, il n’en demeure pas moins qu’elle s’active de manière notable pour commencer à remplir ses missions. Cette institution, introduite par la loi bancaire de 2014, a en effet entamé depuis quelques mois un processus de collecte d’informations sur les déposants en collaboration avec BAM. Dans un premier temps, la société exploite les données issues d’une sorte de centrale des comptes bancaires alimentée trimestriellement par les établissements de crédit avec des informations qualitatives sur les clients et leurs comptes bancaires. Cela devrait permettre à la SGFG de mettre en place progressivement une base de données sur les déposants, nécessaire à l’accomplissement de sa mission d’indemnisation dans de bonnes conditions.

Rappelons à ce titre que la garantie des dépôts peut jouer pour les comptes de dépôt et d’épargne à hauteur d’un plafond de 80000 DH par déposant. La base de données constituée devrait également servir à l’organisation d’exercices de simulation périodiques pour tester la capacité d’intervention de la société en cas de liquidation d’un établissement de crédit. Parallèlement, la société suit de près la physionomie des dépôts au niveau national. Il en ressort qu’à l’heure actuelle, 93% des déposants ont moins de 80 000 DH sur leur compte bancaire. Mais cette même catégorie de déposants ne pèse que 14% du montant total de dépôts au niveau du système bancaire.

Quant aux ressources du fonds de garantie des dépôts, elles s’élèvent, à fin juin 2017, à 17,7 milliards de DH collectés auprès des établissements de crédits adhérents. S’y ajoutent 4,1 milliards de DH de réserves. Ces ressources représentent 2,05% du total de dépôts bancaires.