Le budget de compensation déjà  consommé à  80%, à  fin mai 2012

La hausse des prix des carburants est due à  la consommation de plus de 80% du budget alloué à  la compensation en 2012 en 5 mois seulement, a indiqué Driss El Azami El Idrissi.

La hausse des prix des carburants est due à la consommation de plus de 80% du budget alloué à la compensation en 2012 en 5 mois seulement, a indiqué le ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances chargé du Budget, Driss El Azami El Idrissi.

Dans une interview publiée sur les colonnes du quotidien +Le Matin+, M. El Azami a indiqué que « la décision a été prise pour sauvegarder les équilibres macro-économiques et préserver ainsi l’emploi et le niveau de l’endettement public ».

M. El Azami a précisé que le gouvernement a fait en sorte que cette décision d’augmentation du prix du gasoil, de l’essence et du fuel industriel soit une surprise pour éviter les spéculations autour des prix, tout en affirmant que ladite décision a été « mûrement réfléchie sans aucune surprise ».

« A fin mai, nous avons consommé plus de 80 pc de l’enveloppe allouée à la compensation. Et si on avait continué sur la même lancée, à mi-juillet, on aurait consommé la totalité de l’enveloppe allouée à la consommation », a-t-il poursuivi, soulignant que le gouvernement a pris une décision responsable et sage permettant la sauvegarde de l’équilibre économique et financier.

Il a relevé, à cet effet, que sans cette mesure, le budget de l’investissement public serait impacté et l’activité économique ainsi que la dette publique seront touchées. Et donc, cette décision permettrait de garder les conditions de financement de l’économie marocaine et le niveau d’investissement public nécessaire à la promotion de la demande intérieure.

En outre, M. El Azami a mis en relief que la hausse des prix des carburants a été prise avec des mesures d’accompagnement, notamment le durcissement du contrôle en faisant en sorte que les spéculateurs ne jouent pas sur cette augmentation pour en tirer profit et l’accompagnement du métier du transport à travers l’opérationnalisation du fonds de renouvellement du parc afin de faire baisser le niveau de consommation.

Dans ce cadre, « l’augmentation des prix du carburant peut se traduire par une augmentation des prix des légumes de l’ordre de 6 centimes/kg pour un trajet aller-retour entre Casablanca et Agadir », a expliqué M. El Azami tout en précisant que tout dépassement de ce prix serait considéré de la spéculation.

Le ministre a fait valoir que ladite hausse est définie afin de permettre une marge de manoeuvre pour le gouvernement qui cherche malgré cette mesure des financements pour la caisse de compensation, car l’objectif de 32,5 milliards de dirhams pour l’année en cours ne sera pas atteint même avec cette hausse.