L’assaillant d’un train en France déféré devant la justice pour « tentatives d’assassinats à  caractère terroriste »

Une information judiciaire notamment pour « tentatives d’assassinats à  caractère terroriste » a été ouverte contre l’auteur de l’attentat dans un train vendredi en France, ayant fait trois blessés, a annoncé mardi le procureur de la République de Paris François Molins.

Les premières investigations ont permis d’établir que le « projet » du jeune assaillant Ayoub El Khazzani, un Marocain âgé de 25 ans, « apparaît ciblé et prémédité », a souligné le procureur, jugeant « fantaisistes » les dénégations du suspect, qui a affirmé avoir trouvé fortuitement les armes dont il s’est servi dans un parc de Bruxelles et avoir voulu rançonner les voyageurs du train reliant Amsterdam à Paris.

El Khazzani, signalé pour islamisme radical par les services de renseignements d’Espagne, pays où il a vécu plusieurs années, avait été maîtrisé par des passagers alors qu’il sortait des toilettes du train, armé d’une kalachnikov et de neuf chargeurs contenant quelque 270 balles, d’un pistolet Luger, d’un cutter et d’une bouteille de 50 cl d’essence.

L’enquête judiciaire, menée sous l’autorité de juges d’instruction, devra s’attacher à déterminer « la provenance des armes », le « parcours » de l’assaillant, ainsi que « les complicités dont il a bénéficié », a indiqué M. Molins.

Le président français François Hollande a estimé mardi que la France doit se préparer à d’autres actes terroristes après l’attaque du train Amsterdam-Paris.