L’ASMEX évalue l’impact du COVID-19 et prépare la sortie de crise

Plusieurs secteurs sont affectés par les perturbations des chaînes logistiques en amont et en aval. La digitalisation, le e-commerce, le « Made In Morocco », l’innovation et la R&D sont les principaux leviers de croissance à activer pour négocier au mieux le virage serré que prend le commerce international.

Face aux perturbations que connaît le commerce international et à l’arrêt d’activité que connaissent plusieurs lignes de production au Maroc et à travers le monde, les exportateurs marocains sont confrontés à une situation inédite. Les chaînes logistiques aériennes, terrestres ou maritimes sont bousculées par la propagation du nouveau coronavirus-Covid19 et des mesures prises par les gouvernements pour lutter contre la pandémie. Au niveau des industriels et des exportateurs, cela se traduit par des ruptures de stocks, des lignes de production à l’arrêt faute d’intrants, des contrats suspendus, des déficits de paiement… La Commission Logistique de l’ASMEX dit suivre de très près l’évolution de la situation. « Se préparer pour l’après-Covid-19, est un virage délicat à négocier. Certaines entreprises vont y arriver parce qu’elles ont déjà anticipé les impacts de la crise à travers la veille et se sont adaptées, mais d’autres vont malheureusement se trouver en grande difficulté. Il est de notre devoir de les accompagner et les aider à surmonter la crise ou plus exactement les crises liées au COVID-19 », affirme le président de la Commission dans un communiqué. A l’avenir, l’exportateur doit développer sa capacité à être agile, anticiper et planifier les incertitudes et doit avoir un business modèle flexible pour être capable de changer de produit, de marché destinataire, de diversifier les sources d’approvisionnement…

Toujours dans le cadre des constats et recommandations pour l’après-crise, il a été insisté sur le rôle joué par la digitalisation et le e-commerce. Il s’agit là, estime l’ASMEX, d’un levier de croissance très important pour l’après-crise.

D’après l’association des exportateurs, des efforts doivent également être déployés à tous les niveaux pour promouvoir le produit Made In Morocco et le rendre compétitif à l’étranger mais aussi pour sécuriser et renforcer au maximum les chaînes de production et réduire leur dépendance de l’étranger. Opérateurs et gouvernement gagneraient à faire preuve d’innovation et d’audace et miser sur la recherche & développement pour encourager l’industrialisation nationale, conclut le communiqué de l’ASMEX.