L’arbitre qui ne risque pas d’être victime de corruption !

L’arbitre suédois Jonas Eriksson qui sifflera le huitième de finale Argentine – Suisse, a une drôle de particularité : il est (presque) aussi riche que les joueurs qu’ils officient !

Plus qu’un simple arbitre, le suédois de 40 ans est aussi un homme d’affaire : Il possédait depuis 1998 des parts conséquentes dans la société IEC in sports. La société de télévision suédoise n’était qu’une start-up à l’origine mais elle a réussi à s’imposer et le groupe Lagardère s’y est intéressé. Jonas Eriksson est devenue millionnaire du jour au lendemain. Il est à la tête d’une fortune à sept chiffres, avoisinant les 10 millions d’euros.

Mais il assure que cet argent ne l’a pas changé. « La meilleure chose que je fais de ma vie reste d’arbitrer du football » a-t-il déclaré, interrogé sur ses revenus. Une passion débordante qui a amené Jonas Eriksson à mener une carrière inédite.

En voilà donc quelqu’un qui ne risque pas d’être victime de corruption !