L’Algérie baigne encore en pleine ambiance de propagande !

Leurs dirigeants véhiculent l’idée que la vie politique et les médias ne bougent que sur instructions au Maroc.

Décidément, le temps semble s’être arrêté chez nos voisins de l’Est qui, visiblement, baignent encore en pleine ambiance de propagande de la  guerre froide des années 60 et 70. La preuve, les gouvernants algériens croient dur comme fer et arrivent à en convaincre une partie de l’opinion publique chez eux, à travers des médias, qu’au Maroc les acteurs de la vie politique et les médias ne bougent que sur instructions.

En fait, il est normal que les Algériens en soient convaincus à ce point car chez eux, c’est exactement et visiblement le cas. N’en déplaise à nos voisins, au Maroc, on est entré dans une autre ère depuis des années. Nous en sommes déjà aujourd’hui à notre énième alternance depuis plus d’une décennie. Au Maroc, ce sont les urnes qui portent un parti ou un autre au gouvernement. Et contrairement à nos voisins, cela constitue un épisode politique normal comme les autres et pas un séisme ni une menace. La preuve, les élections législatives de novembre 2011 ont porté les islamistes du PJD au pouvoir sans pour autant que le pays en soit déstabilisé. Au Maroc, quand un parti décide de se joindre ou de quitter une majorité, il le fait de son propre chef. Il en est de même pour la sphère médiatique. Chez nous les médias sont libres et indépendants depuis plusieurs années.

Cela dit, dans un pays qui est encore sous le carcan d’une junte militaire qui dirige réellement, un pays où c’est le même parti (devenu entre temps l’outil des militaires) qui assure la gestion publique depuis l’indépendance, un pays où réellement tout obéit aux «taâlimates» de l’armée, il est facile de faire avaler au pauvre citoyen lambda même les mensonges les plus improbables…