L’abattage clandestin dans le viseur de la Brigade criminelle

Le dossier de l’abattage clandestin à Casablanca est désormais suivi par la Brigade régionale des affaires criminelles.

Après plus d’une dizaine d’années de pourparlers, sans résultats concrets, avec l’ancien bureau exécutif du Conseil de la ville de la métropole (la structure administrative censée se charger de cette affaire), le bureau syndical des chevillards de Casablanca affilié à l’Union générale des entreprises et professions (UGEP) a en effet décidé de porter l’affaire devant le juge d’instruction. En se basant sur un dossier bien fourni, ce dernier a transféré l’affaire à la Brigade des Affaires criminelles qui devrait dans les jours qui viennent entamer une enquête de terrain dans les zones recensées par le syndicat. Suite aux résultats obtenus, elle devrait décider la fermeture des locaux soupçonnés.