La SNI : de grandes annonces prévues en mars

Les regards se tournent vers Attijariwafa bank.

Le nouveau patron de la SNI, Hassan Ouriagli, est décidé d’aller jusqu’au bout du plan d’action qu’il avait annoncé au lendemain de sa nomination. En octobre dernier, en effet, à la faveur de l’arrivée du nouveau patron de la SNI, le holding avait clairement déroulé sa nouvelle feuille de route qui devrait le mener vers un nouveau statut de fond d’investissement à participations minoritaires et avec une prédilection pour les métiers à forte valeur ajoutée et pour l’investissement en Afrique. Une telle migration suppose que la SNI cède entre-temps une partie de ses parts dans les filiales. Le mouvement a déjà commencé avec le secteur agroalimentaire, notamment la Centrale laitière, Lesieur et Cosumar. Et, inévitablement, les regards se tournent à présent vers Attijariwafa bank. Alors que certains observateurs, sceptiques, écartaient la possibilité que la SNI se désengage de la première banque privée du Maroc, le management de la holding semble aujourd’hui confirmer ses choix irréversibles. Mais contrairement aux informations récemment relayées dans la presse, des sources bien informées à la SNI ont expliqué à La Vie éco le schéma éventuel du déroulement de la cession d’AWB. «SNI va, en effet, réduire sa participation mais restera tout de même l’actionnaire de référence», indiquent nos sources. Pour ce qui est des deux banques d’affaires américaines, Goldman Sachs et Rothschild, il est expliqué auprès de la SNI que le contrat avec elles avait été signé en 2012 et qu’il est encore ouvert à ce jour. Au passage, nos sources révèlent qu’ «une première tentative de cession avait justement été faite en 2012 avec l’aide des deux banques mais que le contexte n’était pas favorable». A la question de savoir alors si le désengagement se fera-t-il alors en 2015, les sources à la SNI confient qu’«à ce jour aucun calendrier n’est arrêté pour la cession, 2015 n’étant qu’un simple objectif sans aucune contrainte». Les mêmes sources poursuivent qu’il n’est pas à écarter que la SNI procède par palier en cédant, en 2015, une première tranche, ce qui lui permettra, au passage, de sonder le marché. Pour ses autres activités, la SNI se fait accompagner actuellement par des bureaux d’études de renommée pour tracer les futurs contours de son périmètre, arrêter la stratégie à suivre et, par la même occasion, la nouvelle architecture du groupe. Selon nos sources, les bureaux d’études remettront leurs rapports entre fin février et début mars. Il faudra s’attendre à de grandes annonces au prochain conseil d’administration prévu en mars…