La presse algérienne s’interroge sur la capacité d’Abdelaziz Bouteflika à  diriger le pays

« Pourra-t-il exercer ses fonctions? », titre en Une le quotidien francophone El Watan.

La presse algérienne s’interrogeait mercredi sur la capacité du président Abdelaziz Bouteflika à diriger le pays, soulignant son affaiblissement visible à son retour mardi de France où il était soigné depuis près de trois mois.

« Pourra-t-il exercer ses fonctions? », titre en Une le quotidien francophone El Watan.

« L’incertitude quant à sa capacité de gouverner est totale. (…) s’il est admis que Bouteflika ne se présentera pas à un quatrième mandat, a-t-il la capacité jusqu’à la fin de son mandat prévu en avril 2014 », se demande encore ce journal, habituellement critique envers le chef de l’Etat.

Le président Bouteflika, 76 ans, au pouvoir depuis 1999, est rentré mardi à Alger, affaibli, selon des images officielles, après un séjour de quelque 80 jours en France où il avait été hospitalisé à la suite d’un AVC.

Ses ennuis de santé ont fragilisé l’hypothèse d’un quatrième mandat, voulu par ses partisans mais sur lequel il ne s’est pas encore prononcé.

Le quotidien Liberté se demande si Bouteflika restera au pouvoir jusqu’à la fin de son mandat actuel « quitte à gouverner sur un fauteuil roulant, ou a-t-il à présent fini par admettre qu’il est temps de se retirer de son plein gré pour cause de santé? »

Pour Le Soir d’Algérie le retour de M. Bouteflika « n’évacue pas pour autant les questionnements sur sa capacité à reprendre ses fonctions et finir son mandat ».

Le journal arabophone El Khabar titre en Une « Bouteflika revient sur un fauteuil roulant » tandis que le quotidien Echorouk écrit en première page que « Bouteflika est arrivé à l’aéroport de Boufarik (sud d’Alger) dans le secret et il en est reparti dans le secret ».