La mission du FMI au Maroc souscrit aux efforts déployés pour accroitre l’inclusion financière

La mission de consultation du Fonds monétaire internationale (FMI), en visite au Maroc, souscrit aux efforts déployés par les autorités nationales pour accroitre l’inclusion financière, a affirmé, mercredi à Rabat, son chef, Nicolas Blancher.

« Nous souscrivons aux efforts déployés par les autorités pour accroitre l’inclusion financière et l’accès aux prêts, particulièrement pour les TPME », a dit M. Blancher qui présentait, lors d’une conférence de presse, les conclusions des consultations avec les autorités marocaines, au titre de l’article IV du FMI et de la 3ème revue de la Ligne de Précaution et de Liquidité (LPL).

« Nous notons avec satisfaction que les autorités ont l’intention d’adopter un nouveau régime de taux de change plus flexible qui faciliterait la diversification en cours de l’économie, renforcerait son intégration à l’économie mondiale et sa capacité d’absorption des chocs extérieurs », a-t-il indiqué.

Il a souligné l’importance de rendre le système fiscal « plus efficient et plus équitable », jugeant qu’il est également urgent de réformer le régime de retraite afin d’assurer sa viabilité.

Ces réformes contribueraient à orienter la dette publique à la baisse, a-t-il estimé, trouvant que celle-ci reste « soutenable et en mesure de résister à divers chocs ». « Il est souhaitable de la réduire pour renforcer davantage les marges de manœuvre de l’économie », a-t-il préconisé.

Sur le plan extérieur, l’amélioration des soldes des transactions courantes, conjuguée à la valeur des flux des capitaux, a contribué à renforcer les réserves internationales, a-t-il fait savoir.

Le chef de mission a aussi plaidé pour l’amélioration du climat des affaires, de la transparence et de la gouvernance afin d’accroitre la compétitivité extérieure.

Pour sa part, la cheffesse d’équipe qui a mené l’étude du programme d’évaluation du secteur financier (PESF), a indiqué que la mission du FMI a constaté que le secteur financier est « sain », les banques marocaines sont « bien capitalisées et rentables » et que les sources de financement sont « stables ».

Elle a relevé l’augmentation des créances en souffrance et s’est réjouie d’un contrôle bancaire efficace qui devrait continuer de se renforcer.

La mission « a noté avec satisfaction les efforts déployés par les autorités marocaines pour continuer de renforcer le cadre de politique financière, en mettant en œuvre le droit bancaire et les normes de Bâle III et le renforcement de surveillance », a-t-elle dit.

Aussi, l’adoption d’une nouvelle loi portant sur le statut de la banque centrale renforcerait davantage son importance et son rôle en matière de supervision bancaire et de stabilité financière, a ajouté cette responsable.

La mission du FMI effectue une visite de travail au Maroc à partir du 21 octobre qui comprend une série de rencontres avec des responsables marocains, des représentants du parlement, des syndicats, des sociétés privées et de la société civile.