La deuxième Chambre subit une diète

La Chambre des conseillers est soumise à  une cure d’amaigrissement constitutionnelle.

Elle a déjà perdu une demi-douzaine de sièges pour décès, déchéance ou invalidation. Le dernier à quitter la barque est l’ancien président de la commission des affaires étrangères, le socialiste Ali Salem Chaggaf, nommé gouverneur de Mohammédia, le 21 janvier dernier. Aucun des sièges déclarés vacants par décision du Conseil constitutionnel n’a été occupé. Le conseil a décidé que la composition de la Chambre ne devrait être affectée par aucun changement survenu depuis novembre 2011. Seuls les changements liés au fonctionnement normal des instances de la Chambre sont autorisés. C’est le cas notamment de la nomination, au début de la prochaine session d’avril, d’un nouveau président de la commission des affaires étrangères.