La dette bancaire moyenne des ménages est de 38 600 DH

L’encours de la dette bancaire des ménages a atteint 282 milliards de DH en 2014, en augmentation de 5%, soit la même croissance observée l’année d’avant, selon la dernière livraison du très suivi rapport de la Direction de la Supervision Bancaire de Bank Al-Maghrib.

Cela fait que le rapport de cet endettement au PIB reste lui aussi constant, autour de 30%. Du reste, le rapport de BAM nous apprend qu’un ménage au Maroc est endetté en moyenne à 38 600 DH. Il y a encore 10 ans, on en était à la moitié de ce montant. 

Si l’endettement continue de croître à un rythme constant, c’est en majeure partie en raison de la hausse des prêts à l’habitat qui pèsent d’ailleurs 64% de la dette des ménages. Le crédit à la consommation fait en revanche moins d’émules. Une enquête plus poussée de BAM sur la question justifie cela par un recours des particuliers à des sources de financement de la consommation autres que bancaires. L’analyse de BAM révèle aussi que la capacité de remboursement des ménages continue de subir les contrecoups de la conjoncture économique, quoique les taux de défaut tendent à se réduire. L’encours des créances en souffrance enregistré par les banques et les sociétés de crédit à la consommation sur les ménages s’est en effet accru de 12,2%, à près de 22 milliards, alors qu’on en était à 29,3% une année auparavant. Cette hausse a été plus prononcée pour les ménages non-résidents, dont le taux des créances en souffrance est passé de 6,3 à 8,7%, en relation avec l’accroissement du taux de chômage au niveau de certains pays d’accueil des MRE. Il faut aussi relever que le taux de risque ressort en stagnation pour le crédit à l’habitat à 6,4%. Un taux nettement moindre par rapport aux 10,2% affichés par le crédit à la consommation, laquelle proportion est en augmentation.