La contrebande des carburants dans l’Oriental éradiquée !

L’action concertée
des pouvoirs publics
et des professionnels
a porté ses fruits :
le GPM nous assure aujourd’hui que la contrebande massive de produits pétroliers qui inondait l’Oriental est en passe d’être définitivement
éradiquée. 200 stations-service ont de nouveau ouvert leurs portes, pas de pénurie et le marché approvisionné enfin avec des produits réglementaires et
de qualité.

Parfois il suffit de s’y mettre sérieusement pour résoudre des problèmes qui peuvent paraître insurmontables. L’illustration nous vient de l’Oriental où la contrebande massive des produits pétroliers a été quasiment éradiquée… La bonne nouvelle nous vient du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM) qui indique que «l’approvisionnement en produits pétroliers de la région de l’Oriental est assuré de manière normale et régulière depuis le début du mois d’août». Un responsable du GPM n’hésite pas à affirmer que «grâce aux efforts concertés des pouvoirs publics et des sociétés pétrolières, le phénomène de la contrebande a été entièrement éradiqué».

Aujourd’hui, à en croire les mêmes sources au GPM, les stations-service qui fermaient les unes après les autres ces dernières années à cause de l’inondation du marché par les produits provenant de l’Algérie sont ouvertes de nouveau. Actuellement, elles sont plus de 200 à être opérationnelles et le mouvement va visiblement se poursuivre. Voilà qui met fin aux craintes de certains d’une prétendue pénurie en cas d’éradication de la contrebande. Les responsables du GPM rassurent : il n’y a pas de pénurie car les moyens déployés par les sociétés pétrolières pour approvisionner la région permettent d’assurer des volumes dépassant largement le niveau des besoins. C’est le cas essentiellement des infrastructures de stockage qui desservent l’Oriental et qui sont sises à Meknès, Sidi Kacem, Nador et le port de Tanger Med.
Les sociétés pétrolières étaient évidemment les premières à souffrir du phénomène de contrebande massive des carburants. Mais elles ne sont pas les seules. «Avec le rétablissement d’une situation normale, explique-t-on auprès du GPM, les automobilistes dans cette région vont enfin avoir des produits de qualité, garantis et dûment contrôlés contrairement à ceux qui provenaient de la contrebande».

Quant à ceux qui mettaient en avant le facteur prix, il faut dire qu’ils se trompaient sur toute la ligne : aujourd’hui les automobilistes s’approvisionnent normalement dans les stations-service réglementaires, ce qui prouve, indique un professionnel, que, contrairement à ce que l’on peut penser, «le prix du litre n’a finalement qu’un très faible impact sur les habitudes de consommation».

Avec tout cela, ni les autorités ni les professionnels ne comptent s’en tenir là. Ainsi, tout en louant l’effort et l’efficacité des pouvoirs publics, le GPM assure que la lutte contre la contrebande est un chantier de longue haleine et que les efforts de toutes les parties seront maintenus sur le long terme. D’ailleurs, à ce jour, quelques opérations isolées sont encore signalées ça et là. Mais pas de quoi alarmer les professionnels qui considèrent que c’est la contrebande massive et organisée qui faisait le plus mal…